Huawei de retour sur le marché occidental ? Les USA ouvrent la porte…

Depuis 2019, Huawei a appris à faire sans les applications de Google. La firme a en effet été touchée par un embargo américain lui interdisant d’utiliser une partie cruciale d’Android. Mis en retrait du marché occidental, le mastodonte chinois pourrait revenir en force…

Rappelez-vous, c’était en 2019 : l’administration Trump a mis Huawei et sa filiale Honor sur la liste noire des marques qui ne peuvent pas collaborer avec une entreprise américaine. Les USA accusent en effet la firme chinoise de collusion avec le gouvernement chinois et d’espionner les communications en utilisant des portes dérobées dans leurs équipements. En conséquence, Huawei ne peut plus utiliser la partie propriétaire d’Android, les Google Apps (ou GApps) : YouTube, Gmail, Google Maps, etc. La firme était alors n°2 du marché mondial entre Apple et le leader Samsung.

Un repli sur ses terres depuis 2019…

Le problème c’est que sans ces GApps, Huawei a dû se résoudre à se retirer presque totalement du marché occidental. Il faut savoir que s’il est presque inconcevable pour un Anglais, un Italien, un Français ou un Américain de se passer de YouTube ou Google Maps sur son smartphone, c’est tout à fait envisageable en Chine où les Chinois utilisent des applications locales pour voir des vidéos ou s’orienter. Huawei s’est donc retranché sur ses terres et a même conçu son propre système d’exploitation pour les appareils vendus en Chine : HarmonyOS. Impressionnant en si peu de temps ? Pas vraiment, car l’OS est un AOSP (Android Open Source Project, la partie libre d’Android) avec un magasin d’applications « maison ».

À lire également :Les meilleurs VPN pour Android en promo – Testés & approuvés

…Qui pourrait prendre fin bientôt ?

Pourtant, le vent semble tourner pour Huawei puisque dernièrement, l’agence du département du Commerce américain a déclaré vouloir autoriser la mise à disposition de certaines technologies et de certains logiciels à condition qu’ils soient considérés comme étant de « niveau faible » (low-level en anglais). On peut donc imaginer qu’un système d’exploitation pour smartphone peut entrer dans cette description. Huawei, mais aussi Honor et ZTE (l’autre marque chinoise frappée du sceau de l’infamie) pourrait donc revenir dans nos contrées et chambouler le nouveau podium de la téléphonie mobile dans le monde : Samsung-Xiaomi-Apple.


Laisser un commentaire