Chronologie des médias : les choses changent sérieusement en France

Une nouvelle négociation a fortement bousculé la chronologie des médias dans l’Hexagone avec des fenêtres réduites pour Canal+ et les services de streaming.

La chronologie des médias est une spécificité française (une de plus !) qui a été mise en place pour soutenir les sorties des films au cinéma. Des accords furent donc signés il y a des années et concernaient surtout la diffusion de films en SVOD, à la télévision et sur Canal +. La chaîne avait alors un quasi-monopole sur les services payants et avait droit, en échange de promesses d’investissements financiers dans la production de longs-métrages en France, de diffuser des films un an après leurs sorties dans les salles obscures. Des négociations en 2018 avaient même permis de baisser cette fourchette à 9 mois. C’est ce qui a fait sa force pendant de longues décennies…avant que les services de streaming viennent marcher sur ses platebandes. Netflix, Apple TV+, Amazon Prime Video et Disney + sont arrivés sur le marché et c’est tout un système qu’il a fallu repenser. C’est aujourd’hui chose faite après un nouvel accord trouvé cette semaine.

6 mois fermes

C’est en effet le 24 janvier qu’a été signée une nouvelle chronologie des médias censée être plus en adéquation avec l’époque et les offres disponibles pour les utilisateurs. Elle entrera en vigueur le 10 février pour 3 ans.

Le grand gagnant de cet accord tout neuf semble être Canal + qui pourra maintenant diffuser des films seulement 6 mois après leur sortie au cinéma. Ce privilège vient toutefois avec un engagement de la part de la chaîne cryptée à investir 600 millions d’euros dans la production européenne jusqu’en 2024. Elle gardera donc sa place privilégiée de soutien aux productions françaises, comme s’en est félicité Maxime Saada, son président, sur Tweeter.

En complément de son message, une vidéo qui rappelle avec fierté que Canal+ a pris part au financement de la plupart des grands succès publics français des dernières décennies, d’Asterix et Obelix : Mission Cléopâtre à La Môme en passant par The Artist , Un Prophète, Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain ou Bienvenue chez les Ch’tis. Cela va-t-il lui permettre de résister aux ogres du streaming ?

Bande passante accélérée

Les plateformes de streaming attendaient effectivement elles aussi avec impatience ce nouvel accord afin de remplir leurs catalogues. Jusque-là, elles devaient attendre 36 mois après la diffusion d’un programme au cinéma. Une véritable anomalie pour elles qui ne connaissent ça nulle part ailleurs. (Les Eternels et Encanto sont par exemple déjà disponibles sur Disney+ dans de très nombreux pays alors qu’ils sont sortis en novembre 2021 dans les salles obscures en France.) Cette attente sera maintenant de seulement 17 mois, sauf pour Netflix pour qui elle passe à 15. Cette différence vient d’une promesse du service de streaming américain à produire au moins 10 longs-métrages par an sur le territoire français en plus d’un investissement de 40 millions dans la création en général. Leur porte-parole s’est réjoui de cette « première étape significative de modernisation de la chronologie des médias » tout en se félicitant de ce qui reflète pour eux d’un « engagement à contribuer au cinéma français ».

Pour les chaînes de télévision en clair (TF1, M6 et consort), le délai passe aujourd’hui à 22 mois. Alors tout le monde est content ? Pas tout à fait.

Plus c’est long, moins c’est bon

La SACD (Société des auteurs compositeurs dramatiques) a effectivement annoncé dans un communiqué qu’elle ne signerait pas cet accord, malgré « des avancées nécessaires qui méritent d’être soulignées ». Ce qui ne passe pas de son point de vue, c’est la durée de 3 ans que doivent durer ces nouveaux termes.

Les mutations rapides du secteur en termes d’offre, de technologie et de demande conduiront inéluctablement à une évolution rapide de la place du cinéma dans l’ensemble des offres disponibles sur le marché français.

Soulignant le caractère changeant de l’industrie du divertissement actuelle, elle aurait donc préféré une période d’un an « de façon à permettre très rapidement d’en mesurer les effets ». Après, si vous ne voulez pas attendre, vous pouvez aussi vous servir d’un VPN et regarder Free Guy ou Black Widow sur Disney+ avec votre compte néerlandais.


Laisser un commentaire