8 choses que vous ignoriez sur la génération Z et son rapport aux réseaux sociaux

La génération Z, aussi appelée les “Zoomers”, est ultra connectée. Saviez-vous que la plupart de ces « natifs du numérique » sont présents sur les réseaux sociaux depuis plus de la moitié de leur vie ?

genzLeur utilisation ne cesse d’augmenter au fil des ans, et pour 70 % d’entre eux, les réseaux sociaux sont un élément essentiel de leur vie. Alors, qui sont ces jeunes de la génération Z sur les réseaux, comment agissent-ils, et quelle est leur relation avec les réseaux sociaux ?

Nous vous livrons dans cet article 8 faits, révélés par l’étude d’Express VPN relative aux habitudes de la génération Z sur les réseaux sociaux.

La génération Z utilise les réseaux sociaux pour tuer le temps

74 % des jeunes de la génération Z en France utilisent les réseaux sociaux pour passer le temps ! Un chiffre qui en dit long sur un outil qui semble plutôt efficace pour penser à autre chose et se couper de la réalité. Une grande majorité de ces jeunes affirment cependant utiliser les réseaux pour partager et discuter avec leurs amis, ainsi que pour s’informer. On retrouve dans les plus petits pourcentages, une utilisation des réseaux sociaux simplement pour partager sa vie, ou encore à 15 % (pour ceux qui l’admettent), dans le but de “stalker” d’autres personnes.

Être célèbre sur les réseaux est plus important que protéger sa vie privée et sa sécurité en ligne

Devenir influenceur, recevoir des produits de marque gratuitement, bénéficier de l’admiration de milliers de personnes sur les réseaux, ce sont des raisons qui suffisent aux jeunes de la Gen Z pour mettre leur vie privée de côté. En effet, près de 80 % d’entre eux affirment être d’accord de donner leurs informations personnelles permettant de les identifier en échange de la célébrité sur les réseaux sociaux. Ils iraient jusqu’à partager leur adresse postale personnelle ainsi que leur numéro de sécurité sociale.

Les réseaux sociaux nuisent la santé mentale de la Génération Z, lourdement impactée par la pandémie

Pour beaucoup de ces jeunes, la crise du Covid que nous avons connu ces deux dernières années les aura transformés. Le fait que celle-ci soit arrivée lors de cette période fondatrice du passage à l’âge adulte a déclenché une forme de colère et de frustration chez ces jeunes. C’est ce qu’il ressort de nombreux appels à témoins effectués à travers l’Europe par des grands médias tels que Le Monde ou The Guardian. Leur santé mentale a été très lourdement impactée par la solitude et les privations qui ont découlé de cette pandémie. Par conséquent, beaucoup de jeunes se sont réfugiés dans les réseaux sociaux, et la moitié d’entre eux déclarent que leur niveau de stress et d’anxiété s’est aggravé.

Cacher le nombre de likes sur Instagram les rassure

Pour la génération des “digital natives”, le nombre de “like” ainsi que le nombre de commentaires a un impact énorme sur leur estime de soi. Aujourd’hui, il est courant pour les jeunes de recevoir des messages désagréables, voire haineux, s’ils ne sont pas assez populaires sur les réseaux. Ils ont un réel besoin de s’exposer en ligne pour avoir confiance en eux pour la simple et bonne raison que l’adolescence est la période ou un jeune construit son estime de lui-même et affirme sa personnalité. Les réseaux sociaux et des fonctions telles que le like et le commentaire permettent à ces jeunes de se créer une identité unique. Pourtant, il s’avère que ce sont ces mêmes fonctions qui déclenchent une grande anxiété.

Le fait d’avoir désormais la possibilité de masquer le nombre de “like” aura, pour 70 % d’entre eux, aider à rendre les publications plus agréables et plus authentiques, et pour 62 %, permis de diminuer leur niveau d’anxiété.

La génération Z recherche l’authenticité sur les réseaux sociaux

On pourrait croire à l’inverse, tant ces jeunes passent de temps sur les réseaux, et semblent rêver de devenir eux aussi influenceurs à n’importe quel prix. En réalité, la génération Z est plus capable que les autres générations de reconnaître qu’il y a trop de pression pour être parfait sur les réseaux sociaux. Il y a par exemple chez cette génération un réel ras-le-bol des filtres Instagram chez les célébrités. Ils sont également plus sujets que les autres groupes d’âge à penser que les utilisateurs devraient montrer davantage leur « vrai » moi et leur vie réelle sur les réseaux sociaux.

Pour eux, il est moins important d’impressionner une audience que de montrer ce que l’on ressent réellement. Ils sont de moins en moins nombreux à se soucier de l’apparence du contenu publié par les personnes qu’ils suivent, ce qui prime, c’est que le contenu soit drôle, léger, utile aux autres et informatif.

La génération Z ne fait pas confiance aux entreprises des réseaux sociaux

De manière générale, les jeunes adultes ont très peu confiance dans les GAFAM. Un tiers d’entre eux sont bien conscients du fait que ces entreprises ne protègent pas, et utilisent leurs données personnelles à des fins commerciales.

Afin de sécuriser leurs comptes, la majorité de cette génération utilise au moins une fonction de sécurité comme l’authentification à deux facteurs et le blocage des comptes.
Et parallèlement à l’ajustement des paramètres de sécurité et de confidentialité sur leurs comptes, la génération Z aime prendre d’autres mesures pour protéger sa vie privée en ligne. L’une des façons les plus courantes de rester anonyme est de créer plusieurs comptes Instagram ou « finstas ». 40 % des personnes interrogées de la génération Z disent avoir plusieurs comptes, tandis que 53 % admettent avoir trois comptes ou plus !

Ils attendent des entreprises qui collectent leurs données de les utiliser de manière à personnaliser leur expérience utilisateur

Ces jeunes de la génération Z sont définitivement malins. Ces consommateurs avertis ont bien conscience de ce que les entreprises peuvent faire avec leurs informations personnelles. En effet, la génération Z souhaite que les entreprises prennent des décisions plus intelligentes en utilisant les informations qu’ils ont déjà mises à disposition. 64 % des consommateurs de la génération Z s’attendent à une expérience plus personnalisée sur les réseaux sociaux en fonction des interactions précédentes.

Les jeunes de la génération Z sont friands de visuels et des mèmes

Parmi les plateformes les plus utilisées par la génération Z, on retrouve Instagram, le réseau social visuel par excellence, en tête de liste. Il s’agit de la plateforme sociale qu’ils utilisent le plus pendant la journée et celle qu’ils sont le plus susceptible d’appeler leur préférée. Ce qui est important de noter, c’est que les intérêts personnels les plus caractéristiques de cette génération sont presque tous le résultat de l’utilisation de formes de réseaux sociaux plus axées sur l’image, ce qui signifie un intérêt supérieur à la moyenne pour la musique, la danse et tous types de médias visuels – même les beaux-arts.

L’autre aspect des médias visuels qui définit la génération Z est celui des mèmes, qui soulignent le défi que représente la communication avec la génération Z en ligne. Une grande partie de leur style de communication est dictée par des références culturelles et certains repères visuels.


Laisser un commentaire