• Search
Android MT ► Vidéos ► Le jeu de la semaine : Zen Bound 2

Le jeu de la semaine : Zen Bound 2

Aujourd’hui sur AndroidMT nous allons nous intéresser à Zenbound 2, un jeu de Secret Exit.
Secret Exit pour ceux qui ne connaissent pas encore, est un petit studio finlandais spécialisé dans les perversions de toutes sortes.

Après avoir créé un jeu pour sadiques, Stair Dismount, voilà qu’ils nous servent ZenBound 2, un jeu adressé aux amateurs de bondage.

Zen Bound ou l'art du bondage ?
Zen Bound ou l'art du bondage ?

Non, je plaisante, ZenBound 2 est comme son nom l’indique un jeu Zen, et comme son nom l’indique également, la suite de ZenBound premier du nom qui n’a jamais vu le jour sur le système Android.

La zénitude bat son plein
La zénitude bat son plein

Parce qu’il utilise à la fois les commandes tactiles et l’inclinomètre, il sera préférable de jouer à Zen Bound 2 sur un smartphone, de manière à éviter la luxure du poignet, mais nous utiliserons une tablette pour les besoins de la vidéo.

Comment jouer ?

Dans Zen Bound 2, chaque monde est représenté par un arbre à souhaits et chaque niveau par une figurine de bois sculpté. L’enjeu sera de ligoter chacune de ces figurines à l’aide d’une corde plus ou moins longue selon les niveaux, et ainsi de la recouvrir de peinture… logique non ?

Enroulez les figurines avec une corde pour les peindre
Enroulez les figurines avec une corde pour les peindre

Le jeu ne présente aucune réelle difficulté, et c’est bien normal puisque son but est avant tout de relaxer, d’apaiser, de faire office de jouet antistress… et la plupart du temps, ça marche, même si parfois, on préférera un bon petit jeu bien bourrin pour se calmer les nerfs.

Utilisez l'inclinomètre pour faire bouger les figurines
Utilisez l'inclinomètre pour faire bouger les figurines

Si Zen Bound 2 parvient à véhiculer un tel apaisement, c’est en grande partie grâce à sa réalisation exceptionnelle : d’un côté ses graphismes, évoquant à la fois les vanités hollandaises et l’ikebana japonais et de l’autre son envoûtante bande-son de plus de 40 minutes.

Written by Pierre Corbinais