Astuces Hack Tutoriels

PirateBox sous Android ? Pour quoi faire ?

Créé en 2011 à New York et popularisé dans le monde entier depuis, le concept de PirateBox est inspiré par les radios pirates et le mouvement de la culture libre. Il s’agit en fait d’un appareil de stockage de données autonome qui agit comme un point d’accès Internet. Une sorte de cloud collectif où chacun met ce qu’il veut pour le simple plaisir de partager...
Une PirateBox est une machine indépendante d’Internet permettant de s’échanger des fichiers sans restriction avec ceux qui veulent s’y connecter. Une sorte de disque dur couplé à un routeur. L’idée a germé en 2011, mais elle a su évoluer : pour arroser un quartier ou une résidence étudiante de contenus multimédias, fournir à des villages reclus ou en guerre de quoi échanger des données, mais aussi stocker des livres ou des bulletins d’information. Les applications sont variées tout comme le type de matériel qui peut être utilisé.

À l’origine conçue pour fonctionner depuis un routeur dédié, la communauté a fait évoluer le système. On peut maintenant faire une PirateBox à partir d’un PC, mais aussi d’un appareil sous Android avec très peu de connaissance technique. Le projet n’a de cesse d’apporter de nouvelles fonctionnalités comme la très attendue option de «meshage» qui permettra bientôt de cumuler les données de plusieurs PirateBox tout en augmentant la portée.

partage fichiers

Chacun sa PirateBox !

Pour l’utilisateur, la connexion est très simple, car n’importe quel appareil ayant accès au WiFi et à un navigateur peut s’y connecter : ordinateur, appareil mobile, console de poche, etc. Dans le tuto qui suit, nous allons voir comment réaliser simplement une PirateBox et mettre son contenu à disposition des curieux qui habite votre quartier ou au chaland de passage.

Car la PirateBox c’est aussi une philosophie : n’importe qui peut s’y connecter et modifier le contenu. Il est même possible de communiquer avec la shoutbox (sorte de chat) et de commenter les ajouts des uns et des autres. En fonction du matériel utilisé, la portée d’une PirateBox varie beaucoup, mais qui ne tente rien n’a rien !

routeur
Une fois installé sur votre smartphone Android, vous pouvez accéder au contenu depuis n’importe quel appareil se connectant à Internet. Expliquez la philosophie de la PirateBox aux personnes à portée pour éviter qu’ils n’effacent les données...

Une PirateBox depuis un appareil Android

15mn Expert
Pour faire une PirateBox, on a le choix puisqu’il est possible d’utiliser un routeur dédié (comme le TP-Link MR3020 auquel peut brancher une clé USB pour le stockage), mais aussi un vieux PC sous Linux et même un Raspberry Pi ! Ici nous verrons bien sûr comment se confectionner un appareil de ce type avec un téléphone rooté sous Android...
#1 - Un appareil rooté

Sur Android, il vous faudra un appareil rooté et disposant de suffisamment de mémoire pour que ce soit intéressant. Ajoutez une carte SD supplémentaire le cas échéant. Avec un vieux HTC OneX+ et une carte de 128Go, nous avons donc 192 Go de partage (léger pour de la vidéo, mais idéale pour de la musique). Notez que vous pouvez aussi faire une PirateBox depuis un media center sous Android avec la possibilité d’ajouter un disque dur externe ! Vérifiez que vous avez bien les droits super utilisateur avec l’application Root Checker Basic.

#2 - Les options

Dans les menus (les trois petits points en haut à droite), vous n’aurez pas grand-chose à faire : changer le nom du point d’accès (SSID Name) si vous le désirez, paramétrer les dossiers de partage ou faire en sorte de faire démarrer la PirateBox à l’allumage (AutoStart AP). Ne touchez à rien d’autre si vous n’êtes pas sûr de ce que vous faites.

#3 - En marche !

Lorsque vous aurez mis la PirateBox sur ON, vous pourrez vous y connecter depuis vos autres appareils. L’interface Web est la même sur PC que sur mobile : chat, statistiques et des boutons pour télécharger et uploader. En fonction de votre matériel et du type de fichier, vous pourrez même «streamer» les fichiers multimédias.