Astuces Tutoriels Utilitaires

BlueStacks 4, un émulateur Android sous PC

On ne compte plus les émulateurs permettant de profiter de l’environnement Android sur PC or, la plupart sont assez complexes, incomplets ou très gourmands en ressource. La version 4 de BlueStacks qui vient de sortir répond aux attentes des curieux en proposant une interface simple et claire. Même si l’émulateur est très axé «jeux vidéo», 96 % des applications du Google Play Store sont compatibles...

BlueStacks App Player est un programme permettant aux applications Android de s’exécuter sur des PC sous Windows mais aussi sur des Mac. Fondée en 2009, la société éditrice compte de prestigieux investisseurs comme Qualcomm, Samsung, Intel ou AMD. Il aura fallu attendre 2011 pour une version alpha et 2014 pour que le programme connaisse enfin une version finale. BlueStacks est complètement gratuit (même s’il existe une version Premium) et il est compatible avec 96% des 2,1 millions d’applications du Google Play Store.

Le 18 septembre 2018, BlueStacks a annoncé la sortie de sa dernière version, BlueStacks 4. Cette dernière intègre un système de gestion dynamique des ressources qui libère de la puissance. Selon les tests avec le benchmark Antutu, cette version est 6 à 8 fois plus rapide que certains téléphones haut de gamme comme le OnePlus 6 ou le Samsung Galaxy S9+.

bluestacks

Bon, la comparaison est faite avec des machines rapides mais il faut reconnaître que les résultats sont impressionnants. Par contre, n’espérez pas une grande révolution avec un PC sous la configuration minimale requise (Windows XP SP3, 2 Go de RAM et Direct X 9.0). Il vous faudra un PC solide. Sur certaines applis, nous avons été justes avec notre Core i5 et 4 Go de RAM. Pour plus de fluidité, il faudra fermer les applications gourmandes comme Skype ou votre navigateur. Notez aussi que certains antivirus (comme BitDefender) n’aiment pas du tout BlueStacks.

Un émulateur à destination des joueurs (mais pas que)

Mais outre essayer les applis Android sur PC, quel est l’intérêt de BlueStacks pour les utilisateurs ? Comme nous l’avons dit, il s’agit plus d’un émulateur pour gamers. Les smartphones sont devenus des monstres de puissance avec des processeurs ARM 8 cœurs à 2,8 GHz, 6 Go de RAM (parfois plus !). Ils sont de plus en plus à l’aise avec le jeu vidéo et les gros titres 3D fleurissent sur ce support. Or la jouabilité est souvent mauvaise. Si vous détestez jouer à un FPS avec une manette, essayez sur un écran tactile ! Pas facile de multiplier les head shots. Or avec une souris et un clavier, c’est une autre histoire d’autant qu’il est possible de cumuler cet avantage avec l’aide à la visée qui est généralement activée sur les jeux Android qui nécessitent de la précision. À vous de voir si vous considérez que c’est de la triche ou pas.


Tutoriel : Premiers pas avec BlueStacks

#1 - L’installation
tutoriel bluestack BlueStacks s’installe comme n’importe quel programme. Si votre RAM disponible est faible, le logiciel vous avertira : fermez les autres applications et redémarrez le PC pour apporter plus de ressource. Si BlueStacks plante, désactivez votre antivirus pendant quelques minutes pour voir si le problème vient de là.
#2 - Premier contact
tutoriel bluestack La première fenêtre que vous allez voir est la copie conforme d’un écran d’accueil d’Android, lorsque vous allumez pour la première fois une tablette ou un smartphone. Il faudra configurer le WiFi (même s’il est déjà paramétré dans Windows), et ajouter un compte Google pour pouvoir accéder au Store même si vous pouvez passer cette étape. Notez que BlueStack 4 est basé sur Android 7 «Nougat». Le logiciel a donc deux générations de retard même si Android 9 «Pie» est encore très marginal.
#3 - Comme une tablette !
tutoriel bluestack Voici le bureau du système Android légèrement modifié pour BlueStacks. On peut installer un fichier APK à la main (l’équivalent d’un fichier EXE pour Windows), aller sur le Google Play Store, rechercher une application ou accéder aux fonctionnalités d’Android : caméra (l’appli Appareil photo recevra le flux vidéo de votre webcam, navigateur, explorateur de fichier ou les paramètres.
#4 - La version payante
tutoriel bluestack Notez que sur cette version gratuite, on vous proposera de faire partie d’un programme pour gagner des points convertibles : n’y prêtez pas attention. Il s’agit juste pour l’éditeur de faire de l’argent. Si vous voulez soutenir le programme, optez pour la version payante. Pour cela, il suffit de cliquer en haut sur l’icône correspondant à votre compte (entre les notifications et les paramètres) et d’opter pour l’Abonnement Premium. Ce dernier coûte 4$/mois (3,50 €) ou 40$/an pour supprimer les pubs, avoir un accès VIP au support et personnaliser le bureau.
#5 - Le Centre d’applications
tutoriel bluestack Dans la partie basse du bureau vous aurez un raccourci vers le Centre d’applications qui est une sorte de plate-forme à la Steam : une immense base de données de jeux avec les plus populaires, les mieux notés, classés par genre (Collections). Libre à vous d’utiliser le Google Play Store à la place.
#6 - Les contrôles
tutoriel bluestack Bien sûr comme l’écran de votre PC n’est pas tactile (enfin pas les nôtres en tout cas) il faudra utiliser d’autres contrôles. Et c’est justement le but de l’opération. Il est possible de Modifier les contrôles de jeu, de jouer avec une manette un duo clavier/souris et même d’ajouter des sortes de widgets sur l’écran pour des actions spéciales : point de tapotement, imiter une direction, un zoom, ajouter un «pad» spécial MOBA, etc.