News

ZTE fricote avec la Corée du Nord et l’Iran : le constructeur pourrait perdre gros…

ZTE a continué de vendre du matériel à l'Iran et la Corée du Nord malgré le blocus imposé par les États-Unis, les sanctions qui tombent remettent en jeu l'avenir du fabricant de smartphones chinois...

ZTE c’est un peu le dommage collatéral des relations pourries entre les USA d’un côté et le nouvel «axe du mal» : Corée du Nord et Iran. Figurez-vous que le fabricant de smartphones chinois, malgré le blocus imposé par les États-Unis, a continué de vendre du matériel à ces pays qui n’ont de démocratique que le nom. Pris la main dans le sac, la firme a été condamnée à une lourde amende, mais le département du commerce américain réclamait des têtes à couper. Or, aucun des responsables n’a été sanctionné. Du coup, les Américains veulent interdire à Google de laisser ZTE utiliser le système Android pour leurs appareils. Certes, Android est open source, mais Google peut très bien empêcher ZTE d’utiliser les fameux «services Google». Sauf que sans le PlayStore, Gmail, Google Maps ou YouTube, ZTE serait contraint d’oublier le marché international pour venir se concentrer sur son marché domestique (les chinois utilisent en majorité des applis développées dans leur pays et nous leur donnons 100 fois raison).

 

Les USA veulent la mort de ZTE

 

C’est un second coup dur pour ZTE puisque la compagnie ne peut déjà plus utiliser les puces Snapdragon. En effet, le fabricant américain Qualcomm n’a plus le droit de lui en vendre ! Rappelons que ces puces équipent tous les smartphones haut de gamme du moment. C’est un peu comme si vous aviez une écurie de F1 qui serait contrainte de faire toutes les courses de la saison avec un moteur de Clio ! Mais c’est en fait le troisième coup dur depuis 2017 puisque ZTE, a été pointé du doigt par la CIA, le FBI et la NSA (rien que ça !) pour risque d’espionnage sur les citoyens américains ! Bien sûr ces allégations ont été avancées sans preuve. De quoi bien refroidir le climat déjà tendu entre Washington et Pékin… On ne va pas épiloguer sur ces sanctions disproportionnées. ZTE ne vend pas de missiles à l’Iran, mais de simples serveurs ! Selon la logique américaine, il est donc interdit de vendre des machines basiques à des dictatures, mais il n’y a aucun problème à exploiter la misère humaine en achetant des matières premières (les trop peu médiatiques «terres rares») à des despotes locaux d’opérettes ou à laisser des enfants fabriquer des «télé-pommes»…

 

ZTE

Comme on peut le voir sur ce tableau, ZTE s’est mangé 1,2 milliard de dollars d’amende par les USA en même temps que plein d’autres entreprises, dont BNP Paribas. En effet, depuis la seconde moitié des années 2000, toute opération faite en dollars doit être conforme à la réglementation américaine même si elle est étrangère. Une position complètement bidon et très protectionniste puisque certaines entreprises américaines (Boeing ou General Electric) font du business avec l’Iran et ne sont aucunement inquiétées…