YouTube lance ses « shorts » : création, monétisation, options… Tout comprendre

Ce lundi 12 juillet, via un communiqué, You Tube a annoncé le déploiement dans plus de 100 pays de YouTube Shorts, y compris en France et comme chez TikTok. Mais de quoi parle-t-on quand on emploie le terme « shorts » ? Éléments de réponse.

Depuis septembre dernier, les shorts sont des vidéos de 60 secondes ou moins accessibles et visionnables sur YouTube. Publiées en format vertical, ces vidéos sont uniquement trouvables et réalisables sur téléphone. Ce format vise à offrir une expérience nouvelle aux utilisateurs du plus célèbre des hébergeurs de vidéos en ligne. Comme pour les vidéos TikTok, les shorts sont censés être des vidéos percutantes de par leurs formats courts.

C’est l’été, YouTube se met aux shorts

Sport, humour, nourriture, éducation, culture, art, information, science, animaux, courses de licornes, la liste des thèmes abordés dans les shorts est sans limite. Avec le développement des shorts, YouTube cherche à favoriser la création et la circulation de contenus viraux. D’ailleurs, depuis leur lancement en version beta, les shorts cumulent près de 6,5 milliards de vidéos par jour selon le média social. Les contenus alternent entre des vidéos créées spécialement pour être des shorts et des extraits de vidéo YouTube ou d’autres vidéos déjà existantes comme des interviews.

Des millions de créateurs potentiels

L’un des avantages de ces shorts : la facilité avec laquelle on les crée.  Une simple vidéo prise avec son téléphone peut devenir un short. Il est aussi possible d’en importer directement une de sa galerie. Un short peut également être monté et se composer d’un enchaînement de vidéos. Depuis aujourd’hui, les créateurs ont la possibilité d’ajouter de la musique, le son d’un autre short, du texte, des filtres, gérer la vitesse de lecture ou créer des ralentis. Autre fonctionnalité pratique, notamment quand on crée du contenu seul : la possibilité de mettre un compte à rebours avant et après la fin de l’évènement filmé.

À lire également :TikTok fait le ménage dans les utilisateurs de moins de 13 ans

Ce nouvel outil est à disposition de tous, contrairement aux stories que seules les chaînes YouTube d’au moins 10 000 abonnés peuvent réaliser. Que ce soient les plus grandes chaînes de la plateforme ou votre petit frère qui se s’apprête à lancer sa chaîne de gaming, tout le monde est donc en mesure de faire des shorts. Avec près de deux milliards d’utilisateurs YouTube dans le monde, l’outil est la porte ouverte à l’émergence de nouveaux phénomènes, même si le contenu est relativement proche de ce que l’on peut retrouver sur TikTok. D’ailleurs, si l’on s’attarde un instant sur l’objectif stratégique des shorts, on peut aisément y voir un message envoyé à TikTok par YouTube dans la lutte pour le contrôle de la cible des 16-24 ans. A l’image d’Instagram et ses « Reels », YouTube ambitionne de capter un peu plus l’attention d’une part de la population actuellement monopolisée par le réseau social chinois.

Au niveau de la monétisation, le fonctionnement diffère des vidéos YouTube classiques. Les shorts ne sont pas rémunérés, même s’ils font des millions de vues. Un choix qui se justifie par la mise en évidence d’une augmentation du nombre d’abonnés suite à la publication d’un short. Si YouTube ajoute un format nouveau, l’idée n’est donc pas de modifier l’essence même du réseau social, à savoir la diffusion de vidéos longues. Les shorts constituent un outil pouvant permettre à une chaîne YouTube d’augmenter sa visibilité. A noter que la plateforme a tout de même précisé qu’elle travaillait actuellement sur un éventuel système de monétisation des shorts.

Où les trouver ?

Pour accéder à ces fameux shorts, les portes d’entrée ne manquent pas. Il existe un onglet « Shorts » qui amène directement sur un short sélectionné pour nous par l’algorithme de YouTube. Ensuite, cela fonctionne comme TikTok. Il suffit de swiper vers le bas pour visionner le short suivant. Les shorts sont également accessibles sur la page d’accueil du réseau, sur les pages des chaînes YouTube et dans le flux des « Abonnements ». Vous l’aurez compris, même si vous n’aviez pas lu cet article, vous seriez difficilement passés à côté de la nouveauté.

Avec les shorts, YouTube n’a rien inventé. Les TikTokers y verront d’ailleurs probablement une simple copie de ce qu’ils connaissent déjà. Si ce type de format de vidéos est déjà très répandu chez les plus jeunes, il l’est un peu moins à partir de 25 ans. Quand on connaît l’influence de YouTube, il pourrait donc toucher de nouvelles tranches d’âge. Alors bide à venir ou idée brillante, à vous d’en décider.

À lire également :La France veut supprimer l’anonymat sur les réseaux sociaux


Laisser un commentaire