WhatsApp : un chatbot pour motiver les jeunes à voter aux présidentielles

Les présidentielles arrivent à grands pas et toutes les méthodes sont bonnes pour faire venir les Français face aux urnes, même si ça doit se faire main dans la main avec WhatsApp.

À moins de trois mois du premier tour de l’élection présidentielle française, l’heure est à la recherche de la solution miracle pour faire voter tout le monde. Il faut dire que l’abstention est de plus en plus forte. En 2017, sur les 47,5 millions d’inscrits sur les listes, seuls 37 millions s’étaient déplacés au premier tour. Alors comment motiver les presque 24% de votants restés alors muets à s’exprimer cette année ? Et comment faire que ceux qui ne sont pas inscrits sur les listes fassent la démarche de le faire ? Une association a décidé d’utiliser les grands moyens en s’associant avec WhatsApp, utilisé chaque mois par 36 millions de Français.

À lire également : Elyze : une application pour mieux voter ?

Bulletin spécial

A voté, une ONG qui se bat pour la défense des droits civiques, a mis en place un partenariat avec Meta France depuis le mardi 11 janvier. Celui-ci prend la forme d’un chatbot sur WhatsApp pour informer les Français sur les élections à venir. Cette initiative a pour objectif premier de lutter contre la non-inscription des plus jeunes sur les listes électorales. Et on peut dire qu’il y a du travail ! Selon une étude de l’Insee, moins de 20% des inscrits âgés entre 18 et 29 ans se sont déplacés pour voter à tous les tours des élections présidentielles et législatives en 2017. Enfin, selon une enquête récente de l’Ifop, plus de 50% des 18-30 ans pensent qu’ils ne se déplaceront pas pour glisser leur bulletin dans les urnes pour l’élection présidentielle d’avril 2022.

Plusieurs facteurs pourraient expliquer ces chiffres édifiants (au-delà du grand désintérêt de beaucoup pour tout ce qui touche à la politique). Le premier, c’est le fait que les jeunes sont souvent mal inscrits. Études ou déménagement loin de leurs lieux de votes font souvent que l’on pense le vote impossible. Pourtant il existe des démarches possibles et le chatbot aujourd’hui en place va justement vous aider à lever le voile sur ces dernières.

Donne-moi ta main et prends mon vote

Dans un communiqué, les fondateurs de l’association ont expliqué ce qui les a poussés à lancer ce chatbot :

Cette initiative est une opportunité de répondre à la mal inscription de 7 millions d’électeurs, un véritable bug démocratique en France et d’accompagner les électeurs sur le chemin des urnes.

Conscients de l’urgence à moins de trois mois du scrutin, Flore Blondel-Goupil et Dorian Dreuil, co-présidents d’A Voté, veulent, par le biais de WhatsApp, « utiliser le numérique au service de la démocratie ». Pour cela, le fonctionnement est très simple. Il vous suffit d’ouvrir la messagerie et d’envoyer « Bonjour » au numéro +33 6 22 26 69 50 en suivant ce lien.

Après vous avoir expliqué d’une manière réconfortante que la conversation est donc chiffrée, le chatbot continue la conversation avec grande familiarité et force smiley et vous demande votre âge.

En suit une longue liste de questions (lieu d’habitation, département, situation électorale,…) qui au final doit vous guider vers les démarches à suivre pour vous retrouver à jour au moment des élections. La plupart du temps, vous vous retrouvez donc dirigés vers le site www.service-public.fr afin de corriger vos problèmes si vous en rencontrez.

Si vous êtes à jour, vous êtes félicités et on vous demande de parler de l’inscription sur les listes autour de vous. Et si vous avez peur d’oublier les élections, le chatbot vous propose même de vous envoyer des messages pour vous les rappeler régulièrement.

La méthode -bien qu’infantilisante avec son langage familier, son tutoiement et ses smileys- peut effectivement fonctionner sur les plus jeunes d’entre nous habitués à cette proximité. C’est dans tous les cas une démarche qu’il faut soutenir afin que la démocratie soit respectée. Elle devrait être suivie par des campagnes sur tous les réseaux sociaux du groupe, comme l’a annoncé Elisa Borry-Estrade, responsable des affaires publiques de Meta France :

Nous allons aussi offrir des crédits publicitaires gratuits sur Facebook et Instagram afin que ce chatbot touche le plus de personnes possibles.

Dans les nouveaux inscrits à venir se cache peut-être celui ou celle qui montera sur le trône dans les années à venir.

On peut toujours rêver, ça ne fait pas de mal et ça ne coûte pas cher.


Laisser un commentaire