WhatsApp : la fuite des données vers Facebook ne concerne pas les Français

Devant l’ampleur de la polémique, WhatsApp a pris la parole. Il s’avère que les utilisateurs européens n’auront pas à livrer leurs données à Facebook. En effet, la nouvelle politique de WhatsApp s’appliquera différemment aux utilisateurs du Vieux continent.

Nous vous en parlions ce jeudi 7 janvier 2021 dans nos colonnes. WhatsApp a déclenché une vive polémique en annonçant l’instauration de nouvelles conditions d’utilisation liées aux données de l’utilisateur. En effet, le service de messagerie instantanée aux 2 milliards d’usagers a confirmé qu’il allait transférer l’intégralité de vos données personnelles à sa maison-mère : Facebook.

Ainsi on pouvait lire dans ces nouvelles conditions : « Ces données peuvent inclure des informations sur votre activité (y compris comment vous utilisez nos services, nos préférences dans les services, comment vous interagissez avec les autres en utilisant nos services, et l’heure, la fréquence et la durée de vos activités et interactions), fichiers de log et diagnostics, crashes, sites, et logs et rapports de performances ».

whatsapp facebook
Crédits : Android MT

Une petite précision qui change tout, non ?

Vous vous en doutez, la nouvelle n’a pas été très bien accueillie par les utilisateurs. Face à l’ampleur de la polémique, WhatsApp a pris la parole pour apporter des précisions essentielles. Selon l’entreprise, les utilisateurs européens ne seront pas soumis aux mêmes règles et n’auront pas l’obligation de partager des données avec Facebook pour améliorer les services du réseau social.

Une précision qui change tout vous en conviendrez. On se demande d’ailleurs pourquoi WhatsApp ne l’a pas évoqué plus tôt. Niamh Sweeney, responsable en charge de la politique de confidentialité de WhatsApp, a confirmé cette différence de traitement pour les utilisateurs européens.

« Il a été rapporté à tort que la dernière mise à jour d’utilisation et de la politique de confidentialité de WhatsApp exige des utilisateurs européens qu’ils acceptent le partage de données avec Facebook à des fins publicitaires afin de continuer à utiliser le service c’est faux », a-t-elle assuré sur Twitter.

De fait, une question se pose ? Pourquoi les utilisateurs européens doivent-ils quand même accepter ces nouvelles conditions pour continuer à utiliser l’application ? Pour permettre aux entreprises qui n’ont que Facebook d’utiliser WhatsApp pour approcher des clients potentiels. En effet, deux situations se dessinent :

  • Soit l’entreprise en question possède un compte WhatsApp et peut donc profiter du chiffrement offert par WhatsApp pour communiquer en toute confidentialité avec ses clients
  • Soit elle s’appuie sur Facebook pour héberger le chat WhatsApp, et de fait le réseau social s’autorise à exploiter les données échangées entre l’entreprise, WhatsApp et le client

Voilà tout le fin mot de l’histoire. Vous devez accepter ces nouvelles conditions dans l’hypothèse où vous avez un jour prévu de taper la discute avec une entreprise sur WhatsApp. Et si vous avez déjà validé votre choix, impossible de revenir en arrière… Finalement, le bouton Pas Maintenant reste toujours la meilleure solution dans ces situations.

Rappelons que la messagerie Signal est une très bonne alternative à WhatsApp et que dans la même veine, ProtonMail propose une boîte mail chiffrée. Ce service basé en Suisse est aussi à l’origine de ProtonVPN, un service sérieux et ultra-sécurisé pour 8 €/mois.

Source : 01.net


Laisser un commentaire