« WhatsApp Gold » et le retour de l’arnaque « Martinelli »

C’est une vieille arnaque datant de 2016 qui refait parler d’elle en cette fin d’année 2021. Comme souvent, elle repose sur la crédulité des utilisateurs qui partagent et repartagent des messages à leurs contacts sans vraiment réfléchir… Inutile de vous dire que sur 2 milliards d’utilisateurs de la messagerie, on compte un paquet d’idiots.

Sur WhatsApp les arnaques vont et viennent… Alors qu’on avait déjà vu passer ce type de message en 2016 puis en 2017, voici que revient encore une fois cette histoire de WhatsApp Gold. Sauf que cette fois, il ne s’agit plus d’une attaque de phishing, mais d’une chaîne de messages qui repasse en boucle pour mettre en garde contre un piège qui a maintenant 5 ans.

Une arnaque « classique »

Car en 2016, vous pouviez recevoir un message WhatsApp vous invitant à cliquer sur un lien pour avoir l’honneur de passer à « WhatsApp Gold », une version Premium de la messagerie. Inutile de vous faire un dessin, vous vous retrouviez alors avec un malware affichant publicité et récupérant votre liste de contact pour se propager.

Classique.

Mais voilà qu’en 2021, alors que les WhatsApp frauduleux ne sont plus dorés, mais roses, revoilà qu’on reçoit à nouveau des messages nous mettant en garde contre cette menace un peu « has been ».

Les « hoax » changent de moyen de propagations…

C’est un peu comme les chaînes d’e-mail qu’on recevait fréquemment dans les années 90-2000. Même si le message était plein de bonnes intentions (sauvez les dauphins roses, un village du Chili ou un enfant en attente d’une opération), il s’agit d’un hoax : un gros mensonge. Bien souvent, l’enfant que vous devez sauver a toujours 8 ans depuis 1995… Les lieux et les faits sont flous, car trop souvent changés et le texte essaie de vous prendre par les sentiments de manière assez grossière. Et même quand l’appel à l’aide est réel, il est souvent trop tard. Pire : la chaîne repart de plus belle avec des conséquences désastreuses.

On se souvient d’un fameux hoax concernant la petite Noëlie, dont les parents recherchaient un donneur de moelle du groupe sanguin AB. Véritable appel à l’aide à l’origine, la petite fille n’a malheureusement pu être sauvée, mais la chaîne continue de se propager malgré l’appel des parents et du CHU d’Angers qui continuent d’être régulièrement appelés. Glauque. Notez que le phénomène n’est pas nouveau : avant de parasiter nos messageries électroniques, les neuneus au chômage envoyaient de vraies lettres. En papier, avec des timbres : oui, oui.

Ne partagez pas !

Le message actuel de WhatsApp prétend que l’avertissement a été annoncé à la radio et qu’il faut aussi éviter de cliquer sur une vidéo du pape qui danse (celle-là, ça va être dur de ne pas cliquer dessus) ou d’une autre qui s’appelle Matinelli (du nom du joueur de foot ?). Bref du grand n’importe quoi, comme au bon vieux temps de Caramail et des CD AOL.

Vous pensez « il vaut mieux partager que de ne rien faire, on ne sait jamais » ? Alors, pensez mieux.

On le voit avec des attaques ciblées sur les soignants par exemple. Ces derniers reçoivent des tentatives de phishing en rapport avec le COVID par exemple. Si un de vos contacts a eu vend de la fausse alerte « WhatsApp Gold » à cause de vous, il sera peut-être tenté de cliquer plus tard sur un message qui lui dira « Vous êtes sans doute contaminé par WhatsApp Gold, faites le test ici« .

Bref, ne partagez pas d’ânerie sur Internet. Pour ça il y a les instituts de sondage et les députés LREM…

whatsapp
C’est donc très sérieux si la « radio » parlait de ce « virus grave ». On ne devrait jamais laisser de smartphones aux boomers…