Waze : signaler les contrôles de police sera bientôt interdit

À compter du 1er novembre 2021, les usagers d’applications d’aide à la navigation telles que Waze ou Coyote ne pourront plus signaler d’éventuels contrôles de police. Explications. 

Une décret publié au Journal officiel ce lundi 19 avril indique que le 1er novembre 2021 marquera la fin des signalements de certains contrôles de police. Les applications concernées par cette nouvelle mesure sont Waze et Coyote. Une décision qui fait suite à la loi datant de 2019 qui visait à interdire ce type de signalisation.

Et qui a pour but d’aider nos amis policiers à passer inaperçus lors de leur traque aux infracteurs. Une petite subtilité dans cette annonce est cependant à souligner, « certains contrôles ». Cela signifie entre autres que les contrôles de vitesse ne seront pas affectés par le décret et qu’ils pourront encore être signalés.

Contrôles de police : quels signalements sont interdits à partir du 1er novembre ?

Parmi les interdictions de signalements, le décret stipule qu’il sera interdit de “rediffuser tout message de nature à signaler la présence des forces de l’ordre sur les services électroniques d’aide à la conduite ou à la navigation par géolocalisation”.

En d’autres termes, les contrôles d’alcoolémie et stupéfiants mais aussi les barrages routiers ne pourront plus être signalés via les applications de navigation (Waze, Coyote…). Une interdiction non systématique applicable ou pas au bon vouloir des force de l’ordre.

Waze contrôles de police

Un système bien rodé mis en place

Pour la mise en application de ce nouveau décret, tous les moyens techniques seront mis en œuvre. Ainsi, si les contrôles de vitesse ne sont pas soumis à ces interdictions, ceux portants sur les tests alcoolémiques et stupéfiants ne seront pas visibles depuis les applications pendant deux heures, dans un rayon de 10 kilomètres. Cette durée s’étend à 12 heures en ce qui concerne le signalement de barrages routiers.

“L’autorité administrative peut interdire à tout exploitant d’un service électronique d’aide à la conduite ou à la navigation par géolocalisation de rediffuser au moyen de ce service tout message ou toute indication émis par les utilisateurs de ce service dès lors que cette rediffusion est susceptible de permettre aux autres utilisateurs de se soustraire au contrôle”.

Le Décret n° 2021-468 du 19 avril 2021 portant application de l’article L. 130-11 du code de la route avertit également que les exploitants des applications qui ne respectent pas ces nouvelles mesures peuvent être passibles d’une amende de 30 000 euros assortie de deux ans d’emprisonnement. Reste à voir à présent comment les applications réagiront à ce décret et si elles arriveront à outrepasser ces nouvelles restrictions…