Decryptage News

Violation de la vie privée des enfants : Google condamné à verser 170 millions de dollars

Youtube Kids
Voilà le prix à payer lorsque l'on récolte illégalement des informations sur des mineur(e)s. Assez ou pas assez ? À vous de voir.

La Federal Trade Commission (FTC), ou la Commission Fédérale du Commerce, a fixé un prix lorsque l’on bafoue la vie privée des mineurs. L’ardoise s’élève à plus de 170 millions de dollars. Une amende dont Google va devoir s’acquitter pour mettre fin à l’enquête conjointe de l’institution américaine et du procureur général de New-York. Ou comment payer sa tranquillité.

Une peccadille pour Google

D’après nos confrères de TechCrunch.com, la firme de Moutain View et Youtube vont payer respectivement 136 millions de dollars à la FTC, et 34 millions de dollars à la ville de cœur de Sinatra. Pour rappel, Google est condamné pour avoir volontairement violé les règles du COPPA, pour Children’s Online Privacy Protection Act. Traduisez par la loi sur la protection de la vie privée des enfants en ligne.

La compagnie a amassé des montagnes de données personnelles concernant des mineur(e)s sur Youtube, et aurait profité de ces informations pour proposer aux enfants des publicités ciblées, sans l’autorisation des parents bien évidemment.

Si l’on se livre à un petit calcul, Google aura amorti le montant de l’amende en une journée ! Selon le site Business Insider, la compagnie gagne 3225 $ par seconde ! Sans surprise, les différents groupes de parents et associations à l’origine de la plainte sont déçus par la punition administrée par le FTC. Comme le souligne Josh Golin, directeur exécutif du CCFC (Campaign for a Commercial-free Childhood), la Campagne pour une enfance libérée de tout commerce, cette amende équivaut à « deux ou trois mois de revenue publicitaire de Youtube ».

Même déception chez Jeff Chester, directeur exécutif du Center for Digital Democracy, le Centre pour une démocratie digital : « La punition aurait du être d’au moins un demi-milliard de dollars », condamne-t-il. « C’est scandaleux. Cela envoie le signal que vous pouvez en fait violer une loi sur le respect de la vie privée et vous en sortir largement indemne », surenchérit-il.