Vie privée : Une ONG s’attaque à la « terreur » des cookies

L’ONG Noyb, spécialisée dans la protection de la vie privée en ligne, a mis en demeure ce lundi plus de 500 sites internet en Europe pour leur usage des bandeaux d’informations des cookies.

L’organisation non gouvernementale Noyb (acronyme pour None of your business), spécialisée dans la protection de la vié privée sur le Web, a décidé de passer à l’offensive ce lundi 31 mai 2021 et de mettre fin à la « terreur » des cookies. L’ONG a mis en demeure plus de 500 sites en Europe et elle réclame que ces sites proposent un bandeau d’information sur les cookies clair pour les utilisateurs.

« Selon la loi, l’option oui-non doit clairement être proposée aux utilisateurs. Or, il est souvent extrêmement compliqué de cliquer sur autre chose que le bouton « Accepter », explique l’organisme dans un communiqué officiel. « Toute une industrie de consultants et concepteurs de sites développe des labyrinthes insensés de clics pour s’assurer des taux de consentement imaginaires », détaille Max Schrems, responsable de Noyb.

Les cookies publicitaires : un outil de surveillance redoutable

Pour rappel, un cookie est un fichier dans lequel votre navigateur stocke des informations à la demande d’un site Internet, comme des identifiants de connexion, ou encore un panier sur un site marchand. Bien entendu, certains cookies sont utiles et tous ne sont pas mauvais. Ceux qui intéressent Noyb, ce sont les cookies qui servent à mesurer l’audience et la publicité. 

Souvent développés par des régies publicitaires comme Google Adsense, ces cookies vous attribut un identifiant unique. Et comme ces régies publicitaires travaillent généralement avec une myriade de sites, ces entreprises sont en mesure de vous suivre de site en site, via cet identifiant. La pêche aux infos commence ici : combien de temps l’utilisateur passe-t-il sur ce site ? Quelles pages a-t-il consulté ? Quels sont les produits qui l’intéressent ?

À lire également : Vie privée : Firefox bloque tous les cookies

Quand les sites jouent avec la loi

À terme, ces données permettent d’établir une sorte de portrait numérique des utilisateurs. Portrait qui sera ensuite utilisé soit dans le cadre de la publicité ciblée, ou dans la surveillance (ces données peuvent être utilisées lors d’une procédure judiciaire). Or, depuis 2018, le fameux RGPD (règlement européen sur les données personnelle) impose que les sites internet offrent aux utilisateurs le choix d’activer ou non ces cookies avant d’accéder à un site.

Seulement, de très nombreux sites font en sorte de complexifier la chose à outrance, afin de vous décourager et d’accepter leurs cookies. Les procédés sont multiples, entre des dizaines de cases à cocher, des redirections vers des pages à n’en plus finir, etc. Depuis peu, certains sites comme JeuxVideo.com, Allociné ou Marmiton vous refuse l’accès si vous n’acceptez pas les cookies. Seul moyen d’y échapper, payer 2 € par mois pour « éviter la surveillance ». Scandaleux.

Face à cette situation inquiétante, Noyb a décidé d’agir pour mettre fin à ces débordements vis à vis des cookies publicitaires. Pour l’heure, 560 sites web ont été mis en demeure par l’organisme et ils ont un mois pour se mettre en conformité. Passé ce délai et si rien n’est fait, l’ONG engagera des procédures légales contre chacun des contrevenants. De son côté, la CNIL a annoncé ce 25 mai la mise en demeure d’une vingtaine de sites français pour non-respect des règles en matière de cookies.

Source : Le Figaro & Quadruture du Net


Laisser un commentaire