TousAntiCovid Verif : scannez-vous les uns les autres avec l’appli interdite

Nous ne sommes pas à une contradiction près dans cette crise sanitaire version 2021. Figurez-vous que l’appli permettant de vérifier le pass sanitaire est interdite aux personnes non autorisées, alors même qu’elle est disponible à tous sur le Play Store. Cette situation bancale va forcément apporter son lot de débordements…

Pour vérifier que vos êtes un bon citoyen soucieux de ne pas contaminer les gens qui vous entourent avec vos miasmes mortels, un serveur, une ouvreuse de cinéma ou l’organisateur d’une fête à la saucisse peut légalement vérifier votre pass sanitaire : vaccination complète, test de moins de 72 heures ou guérison récente. Le secret médical et le respect de la vie privée c’est terminé, ça embêtait tout le monde. Et puis, vous avez quoi à cacher hein ? Donc voici que des gens non assermentés que vous ne connaissez pas vont connaître votre idéntité, votre date de naissance, et décider à votre place si vous allez boire un verre après le travail ou voir le dernier Marvel.

tousanticovid verif
En moins de 30 secondes, vous pouvez vous aussi vous transformer en inquisiteur 2.0 et traquer les Leeloo qui n’ont pas leur « Moultipasse »

TAC Verif, réservée aux pros, mais disponible partout

Mais comment ces braves gens vont bien pouvoir faire ? Il leur suffira de télécharger l’application TousAntiCovid Verif (TAC Verif) et de scanner votre QR code/2D-Doc pour savoir si c’est vert ou rouge. C’est tout. L’App Store ou le Play Store ne demandent bien sûr aucun justificatif alors qu’il est bien mentionné que seules les personnes habilitées ont le droit de l’utiliser. Par curiosité, vous avez bien sûr le droit de vérifier celui de votre femme ou le vôtre (avec un autre appareil) pour voir les informations qui sont affichées et vous rassurer un peu : allez-vous pouvoir vous assoir au kebab ou demander votre grec à emporter comme un paria ?

tousanticovid verif
Selon les commentaires du Google Play Store, l’appli ne marche pas tout le temps. Si l’appareil qui scanne n’a pas la dernière version, elle peut bugger. Vous êtes vacciné 2 fois (ou même 3), mais vous n’aurez pas le droit de vous assoir avec le bétail parqué derrière les barrières métalliques (bientôt électrique ?)

Un futur règne de « petits chefs »

Le problème c’est que comme c’est téléchargeable sans vérification, il y aura forcément des « petits chefs » qui voudront jouer avec leur matraque numérique : des patrons qui feront la police à l’entrée de la cantine, des tatas hypocondriaques qui voudront vérifier que vous êtes « clean » avant de vous offrir le thé et pourquoi pas des syndicats de copropriété qui voudront être sûr que vous pourrez utiliser les parties communes en scannant votre précieux code noir et blanc. Vous allez nous dire qu’il s’agit de faire un effort pour se débarrasser de ce « satané virus ». En sacrifiant notre liberté de circuler ? Nous avons un peu de mal avec cet « effort ». Nous le trouvons trop lourd, désolé. Imaginez qu’un lambda peut contrôler votre identité : nom, prénom et date de naissance. C’est la question que vous pose la police avant de vous plaquer une lumière bleue dans la face non ?

Les malades, ce sont eux…

Pourquoi alors ne pas télécharger vous-même l’application TAC Verif et demander leur pass sanitaire à ceux qui vous le demande ? La police ? On vous le déconseille parce qu’ils risquent de mal le prendre… et puis eux ne sont soumis à aucune obligation. Un serveur ? Il peut tousser dans votre tiramisu, mais il n’est pas obligé d’être vacciné. Un employé de cinéma ? Il touche 56 000 mains par jour, mais il n’a rien à vous prouver. Et si on demandait aux députés ? À ceux qui ont voté la loi et ceux qui n’étaient même pas là au moment où ils auraient dû l’être ? Ou aux membres du Conseil constitutionnel qui n’ont pas vraiment bien dû lire la constitution.

Pas la peine. Ceux-là, ils sont clairement malades.

À lire également : Sécurité, anonymat… Comment changer son adresse IP ?