TousAntiCovid : Non, télécharger l’appli n’est pas obligatoire pour participer à des activités sportives

Habitué ou inscrit à une salle de sport, vous avez peut-être reçu un courriel récemment vous annonçant la reprise des activités et sous-entendant ou même affirmant que télécharger l’appli TousAntiCovid et scanner un QR Code à l’entrée était une obligation. Or, c’est faux.

Qu’il s’agisse de boxe, de Yoga, de basket, d’une salle de remise en forme ou de n’importe quel sport dont la pratique se déroule en salle, il n’y a aucune obligation de télécharger l’appli TousAntiCovid ou de scanner un QR Code à l’entrée.

Il semble malgré cela que de nombreux clubs de sport affirment le contraire sur leur site web ou via les emails envoyés à leurs adhérents. « Un QR code sera affiché à l’entrée du studio et devra être scanné par chaque élève pour assurer une correspondance en cas de cas contact. » affirme ainsi sur son site un studio de Yoga parisien. « Un QR Code est disponible à l’entrée de chaque salle. Merci de bien vouloir le scanner conformément aux mesures gouvernementales et ce jusqu’à la fin de l’état d’urgence. » affirme un club de boxe de la même région dans un email envoyé à ses adhérents.

qr code
Le site d’un studio de Yoga parisien… Namaste !

Or, télécharger l’application TousAntiCovid n’est pas obligatoire, non plus que posséder un smartphone ou scanner quoi que ce soit. Les enseignes recevant du public (et cela vaut aussi pour les restaurants, bar etc.) qui sont soumises à des obligations en la matière ont aussi l’obligation de proposer une alternative : un cahier de rappel papier où les visiteurs indiquent leurs coordonnées en cas « d’alerte ». Comprenez la découverte d’un cas positif au covid parmi les personnes présentes au même moment que vous.

À lire également : Pass sanitaire : des mensonges et peu de vérité sur la sécurité des données

Les raisons de ne pas télécharger TousAntiCovid sont nombreuses, la première étant que n’importe qui peut générer un QR Code et que ce QR Code peut contenir n’importe quoi. Il suffit qu’un esprit mal intentionné remplace le QR Code « officiel » de la salle de sport par un de sa composition pour tromper n’importe qui. Et vous voilà à scanner un virus numérique en pensant vous protéger d’un virus analogique. Pour se garder de ce genre de problème, les salles de sports (et les restaurants) seraient censés changer le QR Code chaque semaine, mais cela implique des frais, de la logistique, et on se doute bien que le temps passant ce genre de précautions risquent vite d’être oubliées. Sans compter ceux qui ne sont pas au courant ou qui n’y accordent aucune importance.

qr code sport
Mail reçu d’un club de boxe…

Une autre raison est la collecte de données et leur confidentialité : on a déjà vu avec TousAntiCovid Vérif que le gouvernement n’est pas très clair (c’est le mot) en termes de transparence. Ainsi, il a été démontré par plusieurs experts en cybersécurité que les QR Codes propres au Pass Sanitaire, qui selon le gouvernement ne contiendrait que les noms du patient et sa date de naissance, donnent en réalité beaucoup plus d’informations et notamment de santé : le type de molécule injectée, le nom du vaccin reçu, le nombre de doses reçues, la date de vaccination et si ce nombre est suffisant pour être protégé de manière optimale pour la personne vaccinée.

Et au delà, comme l’indique le site Broken-By-Design : « il est également possible d’inférer des informations de santé encore plus privées sur certains citoyens : ont-il déjà été infectés par la COVID-19 (besoin que d’une seule dose) ? Sont-ils immunodéprimés (besoin de trois doses) ? Sont-ils parmis les citoyens prioritaires pour recevoir des injections tôt dans le calendrier vaccinal ? »

Enfin, un projet présenté au Sénat au début du mois a proposé de collecter et de recouper les données entre différentes applications, TousAntiCovid d’une part, mais aussi des applis comme notamment Waze ou OuiSncf, et ainsi de surveiller les personnes « cas contact » ou soumises à des restrictions sanitaires, et de les punir en bloquant leur compte en banque ou leurs titres de transport en cas de non-respect. Tout cela, « au nom de la liberté » bien sûr…

À lire également : Données recoupées, comptes bancaires bloqués, titres de transport annulés : l’outil de traque numérique rêvé au Sénat

Laisser un commentaire