TikTok : la censure OKLM

Vous ne connaissez pas TikTok ? Si vous avez plus de 22 ans, c’est normal. Il s’agit d’un réseau social originaire de Chine qui a connu une croissance très importante en dehors de ses frontières. Cette appli permet aux utilisateurs de partager de courtes vidéos humoristiques ou à caractère artistique (danse, chant, etc.) The Guardian a dernièrement mis la main sur une liste de sujets qui ne sont pas les bienvenus sur la plate-forme…

TikTok, malgré son succès fulgurant a connu bien des déboires en 2019. Entre les collectes de données illégales et les contenus parfois limites, le réseau social chinois est dans l’œil du cyclone. Une nouvelle sale histoire vient d’être découverte par The Guardian.

Le site a rendu public un document de travail à destination des modérateurs de TikTok. Dans ce dernier on apprend que les contenus visant à critiquer la politique d’un pays ou un dirigeant (Vladimir Poutine, Trump, Kim Jong-Un, etc.) sont à bannir. De même, les conflits religieux ou ethniques ne sont pas les bienvenus, mais ce qui ressort ce sont les passages concernant le massacre de la place Tian’anmen qui a fait des milliers de morts en 1989 et qui est systématiquement «effacé» de l’Internet chinois. Sont aussi mentionnés les conflits avec le Tibet ou Taïwan. TikTok (Douyin en Chine), qui revendique 500 millions d’utilisateurs dont 4 rien qu’en France, est géré depuis l’Empire du Milieu, mais les dirigeants avaient promis de respecter la liberté d’expression dans chacun des pays où l’appli est présente.

Une censure à géométrie variable

Malheureusement, en ce qui concerne la source d’inquiétude numéro 1 des parents, ce document ne montre pas de signe d’amélioration. Il faut rappeler qu’on trouve parfois sur TikTok des photos «olé olé» de jeunes gens pas toujours conscients du risque encouru. On apprend donc que les modérateurs doivent «considérer un utilisateur comme un adulte s’ils ont un doute sur le fait qu’il ait moins de 18 ans». En bref, «dans le doute laisse couler sur les ‘nudes‘ de Jessica, SAUF s’il y a un drapeau du Tibet qui traîne !».