Test du OnePlus 3 : une semaine avec le flagship killerAndroid MT
Accueil > Les News Android > Test du OnePlus 3 : le retour du roi des « flagship killer »

Test du OnePlus 3 : le retour du roi des « flagship killer »

Par Yann Peyrot

Après deux premiers smartphones séduisants, mais très difficiles à avoir, le fabricant OnePlus est de retour avec un troisième modèle ! J’ai passé une semaine avec le bien nommé flagship killer de dernière génération. Qu’a-t-il réellement dans le ventre ?

Rappelez-vous, il y a quelques années, 3 ans maintenant, le fabricant OnePlus donnait un grand coup de pied à un marché des smartphones moribond. Avec son OnePlus premier du nom, le constructeur se permettait de commercialiser un mobile qui titillait les ténors de l’époque sur le plan des spécifications techniques pour un prix deux fois moindre. Problème, pour obtenir ce mobile si séduisant, il fallait gagner le droit de l’acheter. Un système d’invitations quelque peu discutable avait été mis en place, ce qui sur le plan des ventes ne permit pas au smartphone d’obtenir le succès escompté. Un an plus tard, le fabricant récidivait. Le OnePlus 2, malheureusement, était aussi difficile à avoir. Son prix et ses spécifications techniques n’étaient pas aussi surprenants que ceux de son aîné.

Le OnePlus 3 est donc là pour fêter la troisième année d’existence de la marque. Il s’agit du quatrième smartphone du constructeur. N’oublions pas le OnePlus X, qui s’aligne sur les propositions de Motorola (G4 et 4G Plus) ou encore Honor (7…).

Première bonne surprise, il est possible d’acheter le OnePlus 3 sans se faire inviter. Nous vous en disons plus sur les autres bonnes surprises que réserve le OnePlus 3 dans les lignes qui suivent.

 

 

LES MEILLEURS PRIX

 

 

>>> Retrouvez toutes les caractéristiques techniques du OnePlus 3

 

Le OnePlus 3 est disponible à partir de 399 €. Une seule version (64 Go de stockage + 6 Go de RAM).

 

Design et prise en main

 

Comme tout haut de gamme qui se respecte (ou smartphone qui veut faire croire qu’il appartient à cette catégorie), le OnePlus 3 se pare de ses plus beaux atours métalliques. Le niveau de finitions est tel, que j’ai l’impression de tenir en main un smartphone estampillé HTC (HTC One M9…).

Hormis les finitions irréprochables, il est difficile de percevoir une quelconque once d’originalité dans le design de ce OnePlus 3. Le métal pèse son poids, mais ma main s’en accommode parfaitement lorsque je saisis le mobile. Le smartphone offre un bon niveau d’adhérence et transpire la solidité.

 

test oneplus 31

Le logo de OnePlus se fond parfaitement dans la coque arrière du smartphone. Il s'accorde même avec le liseré qui parcourt la partie haute et basse de cette même coque.

 

Le OnePlus 3 embarque un capteur d’empreintes digitales. Notez que vous pouvez configurer plusieurs empreintes. Ce dernier est plutôt réactif. Pour un usage à une main, mon pouce vient naturellement trouver l’emplacement du capteur (derrière le bouton Home), le déverrouillage est instantané.

En revanche, en prenant le mobile à deux mains, le déverrouillage avec l’index ne réussit pas à chaque fois. À tel point que, par moment, je suis obligé de renseigner mon code PIN de secours, car le nombre d’essais a été dépassé.

Heureusement, malgré sa diagonale d’écran de 5,5 pouces, le OnePlus 3 offre une compacité exemplaire. Ce qui encourage l’usage à une seule main.

 

test oneplus 32

La partie basse du smartphone, celle qui abrite les touches tactiles et le capteur, est quelque peu salissante. Pensez à vous munir d'un chiffon pour éviter les traces.

 

Autre caractéristique intéressante du design, la présence d’un bouton sur la tranche en haut à gauche. J’ai tout de suite pensé à un déclencheur pour l’appareil photo, me disant que le placement n’était pas judicieux. Rassurez-vous, il n’en est rien. Ce bouton physique glisse et offre trois positions. Depuis ce dernier, vous jonglez entre les différents modes de notifications (normal, prioritaire ou encore silencieux). Cela m’évite de m’acharner sur mes touches volume pour changer de profil. Déjà aperçu sur le OnePlus 2 ou encore le OnePlus X et très apprécié par les fans de la marque.

 

test oneplus 33

Le bouton physique pour passer d'un mode de gestion de notifications à l'autre possède un petit "grip". Pour faciliter l'accroche.

 

Le seul point faible du design, c’est le capteur photo qui ressort. Lorsque je pose le smartphone sur une table, je retrouve le fameux effet cheval à bascule que je déteste tant. Je crains pour la santé de ce capteur photo, car j’ai la fâcheuse tendance à ne pas contrôler ma force lorsque je pose mon smartphone sur une surface.

 

Un capteur photo qui ressort, c'est le prix à payer lorsque l'on propose un smartphone fin.

 

Écran

 

Après avoir fait confiance à la technologie IPS pour ses précédents mobiles, OnePlus passe au Super AMOLED. Sur le papier, ce type d’écran (connu pour équipé la plupart des mobiles Samsung) offre un haut niveau de contraste plus élevé, un noir profond du à l’extinction du pixel concerné (et non pas un noir simulé) et de ce fait une débauche énergétique moindre. De par sa résolution d’écran élevé (au-dessus de 400 ppi), le OnePlus 3 dispose d’angles de vision étendus. Pratique pour regarder à plusieurs une vidéo sans avoir à se contorsionner ou à se passer de main en main le mobile.

 

test oneplus 35

Un écran confortable et agréable à regarder.

 

Une récente mise à jour d’Oxygen OS a corrigé les gros problèmes que rencontrait l’appareil mobile lors de sa sortie. Les rendus colorimétriques étaient complètement buggués (ce qui donnait des couleurs complètement fantaisistes), le niveau de luminosité indigne d’un mobile haut de gamme… veillez donc à surveiller les mises à niveau du système d’exploitation en OTA. C’est dommage, pour un constructeur qui veut côtoyer le haut de gamme, de commercialiser un smartphone qui, côté logiciel, n’est pas fini. D’autant plus que cette mise à jour concerne également la gestion de la mémoire vive du smartphone et de ce fait les performances.

 

OnePlus prouve qu'une dalle de plus de 5,5 pouces n'est pas incompatible avec smartphone compact. Une bonne surprise.

 

Interface et performances

 

Le OnePlus 3 tourne sous Android 6.0 Marshmallow accompagné de la version 3.1 de l’interface maison : OxygenOS. La surcouche est relativement légère, proche d’un Android stock. Quelques fonctionnalités propres à la marque sont néanmoins de la partie. Ainsi, à gauche de votre bureau, vous retrouvez un panneau sur lequel coller widgets, mémo et autres applications que vous utilisez fréquemment.

 

La surcouche est tellement légère que j'ai l'impression d'avoir entre les mains un smartphone Nexus.

 

Autre spécification à la surcouche OxygenOS, la possibilité de modifier le thème du mobile, de personnaliser l’agencement des touches sensitives (retour et multifenêtres). Notez que les raccourcis à l’aide des gestes sont de la partie.

 

S'agissant de la dernière version d'Android qui tourne, je retrouve ici la possibilité d'agencer les actions depuis mon volet des paramètres rapides.

 

La surcouche étant très légère, l’écran peu gourmand, le OnePlus 3 a donc une autonomie dans la moyenne haute. Certes ce n’est pas au niveau de ce qu’il se fait de mieux sur le segment haut de gamme (Samsung Galaxy S7 Edge, LG G5…). Avec mon usage débridé (écoute de musique, jeu, consultation de mails, surf sur Internet…), le smartphone dépasse la journée. Malheureusement, la recharge est obligatoire le lendemain, en milieu de journée.

Bonne nouvelle : étant équipé du port USB Type-C, ainsi que de la technologie de recharge rapide maison : le Dash Charge. Le smartphone regagne ainsi quelques heures d’autonomie en une poignée de minutes. Comptez une bonne heure pour le rechargement complet. Pratique si vous êtes pressé, mais que vous devez utiliser votre smartphone.

 

Concernant les performances globales du OnePlus 3, ce dernier offre un niveau de fluidité exemplaire et a du répondant pour toutes mes exigences. Du jeu vidéo en 3D, à la vidéo en haute résolution sur YouTube en passant par le multitâches… aucun ralentissement n’est à signaler. D’autant plus que l’autonomie suit. Sur le plan des performances, le OnePlus 3 rivalise avec les mobiles haut de gamme.

 

Pour l’appareil photo, le capteur Sony fait le travail. Ce dernier est équipé d’un autofocus hybride et d’un stabilisateur d’optique capable d’assurer les clichés nets, et ce même si vous tremblez un peu. Pour l’application photo, vous avez ici la possibilité d’utiliser un mode manuel ajustant certains contrôles comme l’ouverture, les ISO ou encore la vitesse. Les clichés sont détaillés, les couleurs fidèles à celles des modèles capturés. On peut clairement le classer sixième derrière les appareils de notre top des meilleurs photophones de 2016.

 

Notre avis sur le OnePlus 3 :

 

Après un OnePlus 2 décevant, le fabricant réussit le tour de force de réitérer l’exploit du premier porte-étendard de sa marque. Le OnePlus 3, sur le plan des spécifications techniques, fait aussi fort que les flagships actuels tout en étant beaucoup plus abordable. De plus, il se paye même le luxe d’être au même prix que les gros flagships de l’an dernier (Samsung Galaxy S6, Sony Xperia Z5, HTC One M9…).

 

Articles les plus populaires :

comments powered by Disqus

Auteur : Yann Peyrot