News

Test du Samsung Gear Fit : Bracelet connecté gadget

Samsung est décidé à investir dans les objets connectés. Avec deux versions de la smartwatch, voici le bracelet connecté Gear Fit et son bel écran AMOLED. Un appareil sympathique, bien pensé mais pas du tout indispensable en l'état.
Samsung veut visiblement investir rapidement le marché des « wearables », ces objets connectés que l’on porte au poignet (montre, bracelet), au doigt (bague) ou ailleurs. Peut-être une volonté de faire oublier le fiasco de la smartwatch Galaxy Gear ?

Ici, c’est le bracelet Gear Fit qui nous intéresse. Tracker d’activités sportives à la base, il se distingue notamment par la présence d’un écran Super AMOLED de 1,84 pouces, pour une définition de 432 x 128 pixels. Cela suffit-il à justifier son prix élevé (199 €) ?

[youtube id= »DnQ0FXoodL0″ mode= »normal » align= »center »]

Gear Fit : un bracelet élégant et un écran de qualité

Niveau design, le Gear Fit est plutôt réussi. Le bracelet, bien fini, s’adaptera sans problème aux différentes taille de poignet, même les plus épais. La matière n’est pas désagréable et le poids plume de l’appareil (27 grammes sur la balance !) participe au confort d’utilisation.

L’écran et son support manquent en revanche de finesse, et si l’on n’est pas dans l’excès d’une Galaxy Gear, évitez de porter des manches longues avec le bracelet.

L'affichage du Gear Fit est d'excellente qualité

L’écran à présent. Avec ses 1,84 pouces, c’est l’élément original du Gear Fit. Il s’avère de très bonne facture et aura tôt fait de susciter la surprise chez vos collègue et ami(e)s à l’allumage. La lisibilité est excellente, les couleurs sont vives (Super AMOLED oblige), les noirs sont profonds et la luminosité, réglable, est largement suffisante pour une utilisation dans le noir ou en plein soleil. L’ajustement n’est cependant pas automatique, dommage. Là-dessus, force est d’admettre que Samsung a réussi à allier taille d’écran minimale et qualité d’affichage optimale.

Gear Fit : une navigation réactive

Le processeur du Gear Fit est un Cortex M4 cadencé à… 180 MHz. Malgré ce chiffe qui peut effrayer à l’heure des octo-coeurs de presque 3 GHz, il s’avère largement suffisant pour rendre la navigation fluide et réactive : vous ne risquez pas d’accrocher en passant d’un écran à l’autre et le tactile répondra au doigt et à l’œil (surtout au doigt).

La navigation ne connaît pas de ralentissement

Il est possible de choisir entre un affichage vertical (plus pratique pour un objet porté au poignet) et horizontal (plus pratique pour lire les notifications) via les paramètres. Comme pour l’ajustement de la luminosité, le basculement n’est pas automatique.

Gear Fit : un tracker d’activité avant tout

Couplé à un appareil de la gamme Galaxy (et d’autres appareil Android 4.3 ou plus en installant les APK de Gear Fit Manager et de Gear Fitness), le bracelet sert surtout à mesurer votre activité physique et à synchroniser le tout dans l’appli S Health 3.0, installée de base sur le Samsung Galaxy S5. Marche, course et randonnée et vélo sont pris en charge pour enregistrer la distance parcourue et les calories brûlées. Le Gear Fit peut également mesurer votre rythme cardiaque, et même si cela ne sera jamais aussi précis qu’avec un véritable appareil, vous aurez une idée proche de la réalité.

Le Gear Fit se synchronise avec Gear Fit

Les sportifs sur le Gear Fit tout ce que l’on peut attendre d’un bracelet connecté. Ils pourront même se fixer des objectifs et consulter l’historique de leurs performances ou de leur mesures du rythme cardiaque. Évidemment, le tout sera beaucoup plus clair dans l’application S Health.

Gear Fit : des interactions avec le smartphone et la tablette

Le Gear Fit lorgne du côté des fonctionnalités d’une montre connecté en proposant d’interagir avec l’appareil auquel il est appareillé. Depuis le bracelet, vous pourrez notamment recevoir des notifications : Gmail, SMS, réseaux sociaux, rappel du calendrier, alarme… Concernant les mails, vous aurez juste la possibilité de les lire, ce qui peut vite se révéler fastidieux devant la petite taille de l’écran, même à l’horizontale.

Si vous recevez un SMS, vous pourrez y répondre en choisissant parmi des messages automatiques, à configurer dans l’appli Gear Fit Manager sur le smartphone ou la tablette. Idem pour les appels. Le Gear Fit n’embarquant pas de micro et de clavier, c’est tout ce que pourrez faire malheureusement.

Gérez les notifications reçues sur le Gear Fit depuis l'application dédiée

D’autres applications sont compatibles avec le Gear Fit, mais le catalogue est pour l’instant trop restreint pour que l’utilité d’une telle fonction soit réelle. Sans compter que vous en aurez vite assez de sentir vibrer le bracelet toutes les 30 secondes si vous le connectez à votre boîte mail professionnelle.

Pour terminer, vous pourrez lancer un chronomètre et un minuteur directement sur le Gear Fit (logique pour les sportifs), localiser votre smartphone/tablette en le faisant sonner, contrôler la lecture de musiques lancée sur ces derniers et activer un mode sommeil (pour surveiller ce dernier). Dispensable.

Gear Fit : un gadget amusant mais quasi-inutile

Sorte d’hybride entre le bracelet connecté et la smartwatch, le Gear Fit se cherche mais ne parvient pas à se trouver. Si vous cherchez un véritable compagnon d’activités sportives, vous déplorez les imprécisions des mesures, et si vous cherchez un compagnon pratique pour votre smartphone, vous serez frustré par les limitations de l’engin.

Dommage pour le Gear Fit qui affiche un design presque sans faute et un écran incurvé véritablement agréable à utiliser. Mais à 200 €, ça fait cher pour juste avoir du Super AMOLED autour du poignet.