• Rechercher
Accueil ► News ► Decryptage ► StopCovid : la CNIL donne son autorisation pour l’application de traçage médical

StopCovid : la CNIL donne son autorisation pour l’application de traçage médical

Dans un avis publié mardi, l’institution donne son feu vert pour le lancement de StopCovid mais insiste pour qu’elle soit étudiée attentivement une fois disponible.

Comme vous le savez probablement, de nombreux pays à travers le monde travaillent actuellement à l’élaboration d’une application mobile de traçage médical. Cette solution numérique permet de pister les contacts des utilisateurs, et de les prévenir s’ils ont été proches d’une personne atteinte du Covid-19.

Si Apple et Google ont allié leurs forces pour développer une API à destination de tous les gouvernements qui souhaitent créer ce genre d’application, la France a préféré faire cavalier seul avec StopCovid. Cette application de tracking médical n’utilise pas l’API d’Apple et Google et centralise les données collectées sur un serveur géré par les autorités sanitaires.

C’est notamment sur ce point que les tensions subsistent. De nombreuses associations de défense de la vie privée comme la Quadrature du Net craignent que StopCovid marque une nouvelle étape dans la surveillance des Français.

À lire également : StopCovid – Cédric O se couvre de ridicule et nous avec

Bercy a publié les premières captures d’écran de StopCovid

La CNIL appelle à plus de contrôles

Après avoir donné un premier avis favorable à la fin avril 2020, la CNIL vient d’estimer dans un avis publié ce mardi que l’application respecte les différentes dispositions législatives relatives à la protection de la vie privée. La Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés a tout de même formulé quelques recommandations pour la mise en place du système comme le précisent nos confrères du Figaro.

En effet, l’institution appelle le gouvernement à renforcer davantage la protection de la vie privée des utilisateurs. Ainsi, la CNIL invite à « une amélioration de l’information fournie aux utilisateurs, en particulier s’agissant des conditions d’utilisation de l’application et des modalités d’effacement des données personnelles ». 

En outre, la CNIL souhaite que les données concernant les mineurs et leurs parents bénéficient « d’informations spécifiques » et que les utilisateurs puissent prétendre à « un droit d’opposition et un droit de l’effacement des données pseudonymisées enregistrées ». Pour rappel, l’utilisation de StopCovid sera soumise au volontariat de l’usager.

Une infographique pour comprendre le fonctionnement de StopCovid

Un vote au Sénat et à l’Assemblée avant la publication

L’application ne prévoit pas de géolocaliser l’utilisateur mais il sera impératif d’être en possession d’un smartphone équipé du Bluetooth pour en profiter. En effet, c’est cette technologie qui permet aux smartphones des utilisateurs d’interagir entre eux, et donc de pister les contacts.

StopCovid pourrait être disponible dès ce week-end sur l’App Store et le Google Play Store. L’Assemblée Nationale et le Sénat devront toutefois débattre à son sujet ce mercredi, avant de procéder à un vote qui sera déterminant pour le lancement de l’application.

À lire également : AlloCOVID – un nouveau numéro national et gratuit pour suivre l’épidémie

Source : Le Figaro


Auteur
Kevin Dachez

À la rédaction, Kevin s'occupe des News. Il est tellement bon le bougre qu'on a essayé de nous le voler plusieurs fois. Bon, à chaque enlèvement on nous le ramène. Il faut dire que, malgré ses qualités, Kevin est adepte des dégradés sous Photoshop qui sentent bon la crise d'épilepsie et la rupture d'anévrisme...

Tous les articles
Auteur Kevin Dachez