Smartphones et micros : sommes-nous vraiment « sur écoute » ?

Les micros de nos smartphones sont-ils activés en permanence ? On fait le point sur les capacités d’enregistrement de nos mobiles et on vous explique comment les contrôler et les réguler.

On a tous vécu cette situation une moins une fois. Vous prenez l’apéro avec un ami, votre smartphone posé sur la table, et vous discutez du dernier produit à la mode. Quelques minutes plus tard, vous traînez sur Facebook et vous constatez avec effarement que des publicités sur ce même produit vous sont proposées. Vous vous posez une question alors légitime, mon smartphone m’écoute-t-il en permanence ? Il faut dire qu’avec l’explosion des assistants connectés comme Google Assistant ou Amazon Alexa, les micros nous entourent, dans notre poche et à la maison.

Comme l’explique le journaliste spécialisé en cybersécurité Damien Bancal, les micros de nos smartphones sont des sources d’informations inestimables pour les GAFA, une porte ouverte vers notre intimité, nos envies et nos aspirations. « Nos smartphones sont faits pour nous écouter, pour nous entendre. Comme bien d’autres, Google, Amazon et Apple ont trouvé ce moyen pour garder notre intimité, notre visage, notre voix ou nos recherches sur Internet », assure le spécialiste.

Comme vous le savez peut-être, les assistants vocaux sont censés réagir après avoir donné un ordre précis, en l’occurrence « OK Google » pour Google Assistant, Alexa pour l’assistant éponyme d’Amazon ou « Dis Siri » pour l’assistant de la marque à la pomme. Malgré cela, il arrive que ces assistants sortent de leur léthargie lorsqu’un terme précis est prononcé, comme le raconte Damien Bancal : « J’étais avec mes filles et on jouait au Scrabble, un moment on donne un mot, et l’une de nos petites box intelligentes nous a répondu alors qu’on ne lui demandait strictement rien. Cela prouve que le micro est en perpétuelle écoute et qu’il attend ce petit ordre qui va lui permettre de nous répondre ». 

amazon echo dot
Dans les années 80, on redoutait qu’un micro ne soit caché dans le salon. En 2021, nous les invitons chez nous…

Les GAFA n’ont pas d’intérêt à nous écouter en permanence

Précisons que si ces assistants écoutent en permanence, ils n’enregistreront votre voix qu’une fois l’ordre prononcé. Bien entendu, ces assistants vocaux passent tous par nos smartphones. Amazon et Google se servent des échanges vocaux enregistrés pour améliorer leur système de publicités ciblées. D’après les conditions d’utilisations de Google et d’Amazon, seules les requêtes des utilisateurs sont utilisées à des fins commerciales. Pour autant, cela n’empêche pas le fait qu’ils sont en capacité d’écouter la moindre de nos conversations.

« Si vous avez un appareil électronique qui est placé au milieu du salon, il pourra avoir accès à ces traitements et écouteur ce que vous allez dire, y compris vos conversations téléphoniques », avertit Marc Rees, rédacteur en chef du site Next Inpact. Seulement, il faut toutefois relativiser la chose. Les GAFA n’ont aucun intérêt à écouter en permanence, et ce pour plusieurs raisons :

  • La pratique est illégale et les sanctions pourraient être extrêmement lourdes
  • La quantité de données récoltées réclameraient un investissement colossal de plusieurs milliards de dollars dans des serveurs dédiés
  • Il faudrait développer une armée d’algorithmes et de robots pour analyser la pertinence des conversations et filtrer les informations

« Le système n’a pas besoin de vous écouter pour vous cibler au plus près. C’est la spécialité de Facebook et Google de récupérer assez de données pour vous profiler au plus près et permettre aux annonceurs d’envoyer des publicités ciblées », garantit Marc Rees à l’antenne de BFM TV.

Comment savoir si l’on est écouté ?

Depuis quelques semaines maintenant, il est possible sur Android et iOS de contrôler l’usage des micros de nos smartphones. Sur iOS, la nouvelle mouture du système d’exploitation iOS 14 intègre une fonctionnalité particulièrement utile. En effet, un point lumineux s’affiche désormais dans la partie supérieure de l’écran : un point orange indique que le micro est activé, tandis qu’un point vert indique que c’est la caméra qui en marche. Ces témoins s’affichent à chaque fois que vous lancez une application et notez que les développeurs d’applis n’ont aucun moyen de désactiver cette mesure.

Pour Android, il faudra compter sur une application, et non sur une fonctionnalité native de l’OS, pour surveiller l’utilisation du micro et de la caméra de nos différentes applications. Cette appli s’appelle Access Dots, et elle n’offre ni plus ni moins que la même fonctionnalité proposée par iOS 14. C’est totalement gratuit, alors pourquoi s’en priver ?

accessdots

Une autre option valable sur Android reste de couper l’accès au micro des applications suspectes. Ce conseil vaut d’ailleurs pour n’importe quelle autorisation d’accès. Évitez de donner les pleins pouvoirs à une application (micro, appel, caméra, etc.). Concernant les enceintes connectées comme le Google Home ou les Amazon Echo, le mieux reste encore de désactiver le micro ou de mettre votre appareil hors tension. Dans cette situation, vous pouvez être certain que personne ne vous écoutera.

Enfin et si vous voulez savoir ce que Google enregistre sur vous, il suffit de se rendre sur le site Myactivité.google.com. Vous y trouverez un historique détaillé de vos requêtes émises auprès de Google Assistant, avec votre voix enregistrée ! Au moins, Google a le mérite de jouer la carte de la transparence sur ce coup-là.

Source : BFMTV


Laisser un commentaire