• Rechercher
Accueil ► News ► Les smartphones pour seniors sont-ils vraiment utiles ?

Les smartphones pour seniors sont-ils vraiment utiles ?

Le troisième âge est un marché de choix pour les smartphones. Peu équipés, les seniors sont pourtant réticents à franchir le pas. Les produits adaptés sont-ils la solution ?

Près de 80 % des 50-75 aimeraient changer leur téléphone portable pour un smartphone (baromètre Doro et SeniorStrategic, 2013). Dans les faits, très peu passent à l’acte : 16 % des plus de 65 ans en possède, et seulement 3 % des plus de 80 ans (étude Ipsos pour Doro, 2013). « Ce qui rebute, c’est la complexité du produit », explique Daphné Alécian, directrice Marketing et Communication de Fujitsu. Le constructeur japonais propose depuis plusieurs années un produit adapté avec sa gamme Stylistic. Tout droit arrivé du Japon, le « Raku Raku » (« simple simple ») n’est pourtant plus positionné comme un smartphone troisième âge. « Le confort et la simplicité d’utilisation plaisent à tous », rappelle Daphné Alécian. Et en effet, le Stylistic attire des jeunes et des professionnels (plus d’un tiers des ventes).

Vers la fin des appareils pour seniors ?

On peut alors se demander si « smartphone pour senior » est un terme adéquat. Pour Aram Hékimian, fondateur et PDG de Kapsys, qui propose des smartphones adaptés, « une interface avec des grosses icônes ne suffit pas. Le véritable enjeu, c’est l’accompagnement de la personne ». Par exemple, Kapsys intègre dans son SmartConnect une application pour contacter l’assistance et lui permettre de prendre le contrôle du mobile si besoin.

Cette nécessité d’informations débute avant l’achat. « Nous commençons à vendre nos produits dans des boutiques spécialisées et à former les vendeurs pour prendre le temps d’expliquer aux gens ».

Pour ces raisons, les applications adaptant l’interface aux personnes âgées (Big Launcher, Simple Senior Phone…) ne sont pas suffisantes aux yeux des acteurs du marché. « Un smartphone simple d’utilisation est un ensemble de hardware, de software et de services », précise Daphné Alécian. Les « modes faciles », que commencent à intégrer Samsung , HTC et consorts ne vont pas (encore ?) changer la donne. « Une fonction cachée et peu valorisée » pour Aram Hékimian.

On le voit bien : les smartphones pour seniors doivent certes repenser leur interface, mais sans prétendre à l’autosuffisance. L’avant et l’après achat sont tout aussi importants. Doro, leader Européen du marché, s’y met aussi avec l’ouverture en février dernier d’une boutique à Paris, rompant avec le « tout Internet » en vigueur jusqu’à lors.

La simplicité avant tout

Un smartphone pour seniors est utile. D’abord parce qu’il permet aux personnes âgées de « faire le lien entre feature phone [mobile basique, ndlr] et écran tactile », selon l’expression d’Aram Hékimian, mais surtout parce les technologies mises en œuvre peuvent se généraliser. Ainsi, on peut imaginer la disparition d’appareils estampillés personnes âgées au profit d’appareils à l’interface simplifiée, sans limiter les possibilités offertes, et proposant une assistance permanente. Un concept qui ne plaira pas qu’au troisième âge.


Auteur
Thomas Povéda
Tous les articles
Auteur Thomas Povéda