Decryptage News

SFAM : une amende de 10 millions d’euros pour l’assureur téléphonique

SFAM couverture
La société spécialisée dans l'assurance de smartphones a été épinglé pour "pratique commerciales trompeuses".

Nous avons tous plus ou moins eu affaire à la SFAM, dès lors que vous avez pris votre téléphone avec votre forfait téléphonique. C’est cette entreprise qui gère l’assurance de votre smartphone flambant neuf, et qui le remplace en cas de pépins. Bien sûr, comme toute assurance, vous vous acquittez d’une mensualité en échange de ses services.

Figurez-vous que la SFAM vient d’être épinglé pour « pratiques commerciales trompeuses« . Le parquet de Paris et la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes a décidé d’infliger une amende plutôt salée de 10 millions d’euros à l’assureur.

Des souscriptions dissimulées

Les autorités ont mené leurs enquêtes et se sont rendues compte que de très nombreux clients FNAC avaient souscrits une assurance lors de l’achat de leurs smartphones. Une assurance souscrite sans leur accord préalable. Voilà la manœuvre : pour obtenir un remboursement de 30€ sur le montant de l’appareil, les acheteurs devaient fournir leurs coordonnées bancaires. Dans la multitude de papiers à remplir se cachait visiblement une souscription aux services de la SFAM.

Les plaintes ont commencé à se multiplier sur la toile, et ont attiré l’attention du journal UFC Que Choisir. Devant l’ampleur du phénomène le journal a décidé de se constituer partie civil et de porter plainte au nom des consommateurs, en août 2018. « On a commencé à avoir des retours de personnes mécontentes en octobre 2016 et cela a explosé en août 2017″, raconte le magazine.

Le préjudicie financier pour certains clients est conséquent. On ne parle pas de petites mensualités de quelques euros, mais des montants pouvant s’élever entre 15 et 37€ par mois, de quoi peser lourd dans les finances d’un ménage, d’un étudiant, etc. D’après la répression des fraudes, « la plupart des consommateurs se rendaient compte de cette situation après plusieurs mois d’abonnement ». La défense de la SFAM laisse plutôt dubitatif : « Ces contrats étaient annoncés comme étant sans engagement ». 

Le groupe d’assurance procédera au remboursement des consommateurs lésés, qui auront effectué une déclaration avant le 31 août 2019.