News

Rachat de Waze par Google : Plus d’un milliard de dollars pour un autre Google Maps ?

C'est officiel : le GPS communautaire Waze, créé par une startup Israélienne, appartient désormais au géant américain Google. Mais pourquoi un tel investissement pour un service qu'il propose déjà grâce à Google Maps ?
Si vous ne faites pas partie des presque 3 millions de français utilisant Waze, voici un petit rappel. Il s’agit d’une application GPS gratuite sortie en 2008, d’abord sur iOS, et qui rassemble aujourd’hui près de 50 millions de fidèles. Sa particularité ? Le recours à sa communauté pour enrichir constamment sa base de données. Signalez un accident sur votre parcours, une station-essence aux prix intéressants, des travaux, etc. Plutôt que de devoir télécharger des cartes mises à jour, ce système permet d’avoir accès en temps réel aux informations routières les plus récentes (dont le positionnement des radars…).

Une application qui fait des envieux

Devant le succès de Waze, les acheteurs potentiels ne se sont pas fait attendre. Trois géants se sont sont battus pour obtenir l’application : Apple, Facebook et Google. La firme à la pomme ayant ratée le lancement de sa propre application de navigation, Plans, elle envisagea un temps d’acheter Waze pour améliorer cette dernière. Du côté de Facebook, il s’agissait surtout d’acquérir de quoi marcher sur les plate-bandes de ses concurrents et investir encore plus le marché du mobile (comme avec le rachat d’Instagram). Mais c’est finalement Google qui a gagné. Contrairement à la société de Mark Zuckerberg, la firme de Mountain View n’a pas demandé à l’équipe de Waze de quitter Israël : « L’équipe de développement de Waze restera en Israël et travaillera indépendamment [de Google] pour le moment », précise Brian McClendon, responsable des produits Google géolocalisés (Earth, Maps…).

Pourquoi racheter Waze ?

Officiellement, Google veut améliorer Google Maps grâce à l’apport des données de Waze. On pourrait donc voir prochainement des informations trafic en temps réel sur leur service de cartographie. Dans une optique d’échanges mutuels, Brain McClendon parle aussi « d’améliorer Waze avec les capacités de recherche de Google ». Il se trouve que le PDG de Waze, Noam Bardin, considère que « les plans sont au mobile ce que la recherche est au Web », les seules recherches rentables sur smartphone seraient alors celles que l’on peut géolocaliser.

Et qui dit rentabilité dit publicité. Waze a lancé il y a quelques mois sa propre plate-forme publicitaire, où chaque marque est invitée à payer pour apparaître sur la carte du trajet précis d’un utilisateur. Un atout là où d’autres ne proposent que les enseignes alentours.

Google veut fournir toujours plus d’informations personnalisées à ses utilisateurs (comprendre : des pubs ciblées). Le rachat de Waze est un bon moyen pour la société américaine de s’affirmer sur le marché de la publicité localisée, qui en 2012 représente 38 % des dépenses dans le secteur du mobile aux États-Unis. Un chiffre amené à grossir d’après les analystes.

À quoi peut-on s’attendre ?

Il est pour l’instant difficile d’énumérer précisément les changements à venir pour Google Maps et Waze. On peut imaginer une intégration des informations de Waze à Google+, pour les partager facilement à ses cercles (une fonction déjà présente via son compte Facebook). Ou encore l’apparition des alertes trafic sur Google Now, pour savoir exactement quand partir.

Quoiqu’il en soit, il est certain qu’après cette acquisition, Google s’affirme plus que jamais comme le leader de la cartographie sur smartphone et PC.

Etiquettes