Decryptage News

Problème de sécurité : la reconnaissance faciale fait grise mine…

reconnaissance faciale
Le site Forbes vient de conduire une expérience assez intéressante sur la reconnaissance faciale.

On savait que les premières méthodes il y a quelques années se prenaient les pieds dans le tapis puisqu’il suffisait d’une photo pour les gruger. Avec les algorithmes de véritable reconnaissance faciale calculés à partir de données biométriques (et pas en se souvenant bêtement d’une image), ces problèmes devaient être révolus, mais il n’en est rien.

renco faciale sécurité
La plupart des appareils haut de gamme comportent une fonctionnalité de reconnaissance faciale, mais est-ce un vrai plus en termes de sécurité ?
En effet, il suffirait d’un moulage en 3D de votre tête pour accéder au contenu de votre smartphone. Alors certes on imagine mal Jean-racaille faire un moulage de votre trombine amochée après avoir volé votre appareil dans la rue, mais dans les faits, il est donc possible pour la police de faire un moulage en cas de suspicion de terrorisme par exemple. Parmi les appareils testés, seul l’iPhone X a fait son job.

Ce dernier ne compte pas sur l’objectif photo en façade, mais sur un jeu de capteurs spéciaux dédié à cette tâche (comme le Huawei Mate 20 Pro mais celui-là n’a pas été testé). Dans la catégorie des mauvais élèves, on compte les Samsung Galaxy Note 8, Galaxy S9, le LG G7 ThinQ et le OnePlus 6. Pour contourner le dispositif biométrique, les journalistes ont tout simplement fait imprimer une tête en 3D pour 300 livres Sterling.

Notons que Forbes a aussi essayé la reconnaissance faciale de Windows Hello qui a interdit l’accès aux terminaux. En effet, comme Apple, Microsoft utilise une technologie infrarouge qui projette des milliers de points sur le visage de l’utilisateur pour toujours plus de précision.