Problème Linky : les fous 1, la raison 0

Une dame de Tours vient de gagner son procès contre Enedis : le gestionnaire du réseau électrique devra lui remplacer son compteur Linky par un compteur « normal ». Même si nous ne pouvons que la plaindre au vu des problèmes de santé qu’elle rencontre, pourquoi un tribunal rend une décision comme celle-ci sans qu’aucune preuve ne soit avancée ?

On le sait, les compteurs électriques Linky ne font pas l’unanimité dans la population. Ces compteurs « connectés » sont en fait pointés du doigt pour deux raisons. La première est légitime : elle concerne la transmission et l’enregistrement de données de consommation électrique. Même s’il s’agit d’améliorer le service, Monsieur et Madame Michu n’ont pas forcément envie que leur fournisseur d’électricité sache qu’ils ne sont jamais là en avril ou qu’ils connaissent une hausse de consommation à tel moment de l’année. C’est bien légitime, mais la CNIL veille puisque les fournisseurs (malgré quelques anicroches) demandent maintenant systématiquement le consentement des consommateurs pour la transmission des données : vérifiez votre contrat.

Pour le second point de friction, accrochez votre entonnoir nous voici partis chez les zinzins. Il s’agit en fait des personnes qui sont persuadées que Linky leur fait fondre le cerveau avec des « ondes électromagnétiques ». Alors pour être clair, les boitiers Linky utilisent le CPL (courant porteur en ligne) pour transmettre leurs données : cela passe donc par les fils du réseau électrique seulement quelques secondes par jour. Sur certains secteurs, le réseau GSM est utilisé, là encore avec parcimonie. Il est donc intéressant de voir des gens se plaindre de maux de tête, de nausées et autres joyeusetés après l’installation d’un compteur Linky alors qu’ils ont un smartphone dans la poche et qu’ils n’ont jamais eu de problème avec le WiFi chez eux. Bien sûr le fait que Enedis force la main des clients pour généraliser ce compteur (avec même des installations « sauvages ») pousse les complotistes de tout bord à penser à un « grand remplacement » de compteurs qui serait la première étape d’un nouvel ordre mondial destiné à asseoir la domination des Hommes-Crabes (on exagère à peine).

La victoire de l’obscurantisme sur la raison

C’est donc avec regret que nous avons appris la victoire au tribunal d’une dame de Tours qui a obtenu le remplacement de son compteur Linky par un compteur « normal ». Cette dame, qui se bat depuis 2018 contre le gestionnaire du réseau de distribution, souffre d’une perte de poids, d’une maladie de la thyroïde et d’électrosensibilité. Certes le tribunal n’a pas confirmé que sa pathologie provient bel et bien du compteur, mais cela ouvre la porte à toute sorte d’excentricité. Rappelons que l’électrosensibilité est « une maladie pour laquelle les médecins constatent des symptômes sans savoir ni définir un diagnostic précis ni un mécanisme pathologique » selon Libération. Même si nous ne nions nullement la douleur de cette dame, il est regrettable que la justice lui donne raison sans preuve scientifique. C’est la notion de « défaut d’information préalable » qui a été retenue. En effet, et comme souvent, le compteur Linky a été installé « en douce » lors d’une ouverture de ligne, sans vraiment consulter la cliente. D’un autre côté on imagine mal le technicien lui dire : « Bonjour, je vous installe un Linky au fait. Il y a des gens sur Internet qui disent que ça donne le cancer, vous êtes d’accord bien sûr ?« .

Source : Capital