Private Relay : quand Apple n’assume pas son VPN

Avec Private Relay, Apple ne fait que proposer une sorte de VPN « light ». Pourtant, la marque à la pomme rechigne à considérer cette fonctionnalité comme un VPN. Il serait peut-être temps d’appeler un chat un chat non ?

Ce lundi 7 juin 2021, Apple a occupé la scène médiatique avec sa nouvelle conférence WWDC 2021 dédiée aux développeurs. L’occasion pour le constructeur de présenter diverses nouveautés sur iOS, iPadOS, WatchOS, tvOS, macOS, les AirPods et la vie privée. Une conférence interminable de deux heures, durant laquelle Apple a également dévoilé les nouveautés de son service iCloud+, successeur des actuels abonnements iCloud.

Selon les dires du constructeur, iCloud+ proposera une fonctionnalité inédite appelée Private Relay, un système qui permet de « préserver la confidentialité et la sécurité de votre activité sur Internet ». Pour ce faire, Private Relay fera passer votre connexion via des serveurs qui vont s’occuper de chiffrer et d’anonymiser vos données. Mais dis donc, ça a tout l’air d’être un VPN non ? Visiblement, pour Apple, ce n’est pas le cas et on se demande bien pourquoi.

Dans son fonctionnement certes, Private Relay se détache un peu des VPN commerciaux comme NordVPN ou CyberGhost, dans le sens où l’outil d’Apple déroute votre trafic via deux serveurs distincts au lieu d’un. Un premier serveur s’occupe de vous donner une adresse IP différente (sans connaître l’adresse du site Web que vous voulez consulter) tandis que le second vous redirigera vers le site voulu (sans connaître votre adresse IP).

À lire également : Apple a caché l’existence d’un malware sur iPhone

Private Relay : Apple n’assume pas le terme VPN visiblement

« Nous avons voulu faire en sorte qu’aucun maillon de la chaîne ne puisse à la fois connaître votre véritable adresse IP et le site que vous voulez visiter », nous explique Apple. En outre, la marque à la pomme enfonce le clou en affirmant que, contrairement aux VPN traditionnels, Private Relay ne permet pas de prendre une adresse IP située à l’étranger. Voilà comment Apple justifie le fait que Private Relay n’est pas un VPN.

On a déjà vu argumentaire plus solide, d’autant que les VPN commerciaux ne proposent que depuis quelques années la possibilité de contourner d’éventuelles restrictions géographiques en faisant transiter votre connexion via des serveurs situés aux quatre coins du monde. Si l’on résume donc, Private Relay se contente de masquer vos informations de navigation en dissociant adresse IP et URL de destination. Quelle est la définition d’un VPN déjà ? Un logiciel qui permet de naviguer sur le web de façon confidentielle et sécurisée en faisant passer la connexion Internet par un tunnel chiffré. Quoi qu’en dise Apple, Private Relay ressemble trait pour trait à un VPN non ? Alors pourquoi l’appeler autrement ? Sans doute pour une histoire d’image de marque. Vous comprenez, les gueux utilisent des VPN, mais nous chez Apple on utilise un « Private Relay »…

Bon si vous faites partie des gueux qui appelez un chat un chat, Cyberghost est en ce moment à 1,99 €/mois. Ça fait 29 € pour 15 mois de protection et vous pouvez prendre une IP arménienne ou cambodgienne si ça vous chante. Pourquoi ? Parce que vous le pouvez.

Source : Numerama


Laisser un commentaire