Pornhub, Xhamster, Xvideos bientôt interdits en France ?

Le CSA a récemment mis en demeure huit sites pornographiques parmi lesquels Pornhub.com, Xhamster.com, Xvideos.com, etc. Ces derniers sont sommés de mettre en place un système de vérification de la majorité de leurs visiteurs. Ils ont jusqu’au mois d’avril pour se faire. À défaut, ils pourraient se voir écoper d’une amende, et éventuellement d’une fermeture administrative de leurs plateformes. 

« Attention! Vous risquez de perdre accès à notre site bientôt à cause d’une nouvelle loi qui nous exige de vérifier votre âge en partageant vos données privées. Pour éviter cette situation malheureuse, on vous invite à répondre à quelques questions pour qu’on puisse partager votre avis au CSA, qui a enclenché la procédure contre nous. » C’est le message qu’affiche Pornhub à aux visiteurs qui tentent d’y accéder.

Pornhub et consorts dans le viseur du CSA

Cette mise en demeure concerne également d’autres grands noms de domaines spécialisées dans le contenu pornographique. Xnxx, Xhamster mais aussi Jacquie et Michel font partie des sites contraints à imposer un contrôle d’identité de majorité. Le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) leur reproche de ne pas encadrer suffisamment l’accès à leurs vidéos, destinées aux personnes majeures. Le gendarme d’Internet envisage même de leur infliger des sanctions financières assorties d’un éventuel blocage si aucun changement n’est fait.

Sur sa page d’accueil, Pornhub a lancé un sondage pour prendre la tempétature de ses utilisateurs. Sans grande surprise, il en résulte que la majorité des personnes sondées refusent ce type de contrôle. Cela provoqueraient logiquement une énième atteinte à leurs données personnelles et donc à leur vie privée. Parmi les questions posées, on retrouve celle-ci « Serez-vous à l’aise de partager des informations personnelles telles qu’une pièce d’identité avant d’utiliser des sites pour adultes ? » Bien évidemment, que oui, on a tous envie d’être fichés et catalogués « consommateurs de films pornos ».

Des restrictions peu envisageables

Une façon habile pour le gouvernement de tenter de mettre fin à ces sites à accès gratuits en imposant une vérification d’âge. Pour rappel, cette mesure arrive dans la continuité de l’article du texte 23 de la loi du 30 juillet 2020 (loi contre les violences domestiques), « visant à protéger les victimes de violences conjugales ».

Le gouvernement donne ainsi de la sorte les pleins pouvoirs au CSA qui peut dorénavant adresser une mise en demeure à une personne morale dont l’activité en ligne permet « à des mineurs d’avoir accès à un contenu pornographique ».

Une décision déplorable, sachant qu’il aurait été bien plus simple de promouvoir le contrôle parental, disponible sur toutes les plateformes numériques (ordinateurs, mobiles, TV…). Quoiqu’il en soit, la mise en place de telles restrictions est difficilement applicable. En effet, il n’existe aucun moyen en France qui permet à une institution de bloquer l’accès à une adresse IP publique.

Et si cela était le cas, l’État devrait s’en remettre aux FAI. Des restrictions qui si elles aboutissaient, seraient alors très contraignantes pour les autorités et sans garantie d’efficacité. D’autant plus que les utilisateurs peuvent également utiliser des techniques de contournement comme les VPN qui permettent de profiter de contenus bloqués dans certains pays. Un bras de fer qui s’annonce donc gagné d’avance par les géants du porno…

Source : 01net


Laisser un commentaire