Pôle emploi sur TikTok : la com’ en toc qui fait tiquer

Depuis juin, « Pôle emploi » a fait son apparition sur le réseau « TikTok » pour attirer les jeunes avec des vidéos reprenant les codes du réseau social.

TikTok est apparu en 2016 en Chine sous le nom de Douyin avant de prendre une dénomination différente pour le marché mondial. L’application permet le partage de vidéos courtes que l’on peut enchaîner, zapper et oublier à la vitesse de l’éclair.

En France, on estime qu’elle est suivie mensuellement par plus de 11 millions d’utilisateurs. De quoi attirer les marques, les entreprises… et le gouvernement.

TikTok x Pôle emploi

Début juin, c’est en effet une collaboration entre Pôle emploi et l’appli chinoise qui a été lancée sous le sceau #MissionEmploi. Le compte Onestlapourvous a été créé aussi pour l’occasion avec de vrais conseillers qui donnent des « tips ». Ayant pour mission de réveiller les consciences à la recherche d’emploi des abonnés, des vidéos pédagogiques ont été partagées afin d’aider les jeunes dans cette mission.

Tout est bien sûr fait dans les règles de ce non-art, avec couleur criardes, musiques lounge et champs lexical au ras des pâquerettes pour être sûr d’être compris par le plus grand nombre. Rajoutez pas dessus des bruitages de coups de fouet et d’alarme dignes de Vidéo Gag et vous obtenez de quoi faire repartir l’emploi dans l’hexagone. En tout cas dans la tête de ceux qui les font.

Les premières vidéos, sous le coup de la curiosité, ont comptabilisé plusieurs centaines de milliers de vues mais les dernières flirtent à peine avec les 500 vues ! Pas étonnant quand on voit que le nombre d’abonnés est, au moment de la rédaction de cet article, de 3 462. Soit la moitié des abonnés que je pourrais avoir en une journée si je créais un compte pour mon chien. Mais je n’ai pas le temps et je n’ai pas de chien.

La création de ce compte est un nouveau symbole que de cette grande dérive des idées qui continuent de tout mélanger en pensant probablement bien faire.

Infantilisation, abêtissement.. Depuis l’avènement des réseaux sociaux, on constate une fuite en avant des discours et organismes gouvernementaux vers une forme de communication qui vise le plus petit dénomimateur commun.

Pôle emploi et Pole dance, même combat ?

Sommes-nous, avec cette démarche, plongés encore plus profondément dans une désacralisation totale des repères entre l’officiel, l’utile, l’éphémère et le futile ?

Depuis l’avènement des réseaux sociaux, il existe une fuite en avant des discours et organismes gouvernementaux vers une forme de communication qui parle au plus grand nombre. Avec ses centaines de millions d’utilisateurs dans le monde, il est vrai qu’il est plus facile de faire passer un message aux jeunes sur TikTok . Mais est-ce vraiment sur ce chemin-là que les organismes institutionnels devraient se perdre ?

Plutôt que de faire venir les jeunes vers l’information, c’est l’information qui leur vient sans effort. Si l’attention est louable, la forme perd énormément en crédibilité. Imaginez-vous ces vidéos de Pôle emploi sur TikTok qui vont être diffusées entre un tuto maquillage et un type qui tombe d’un vélo ou une jeune fille qui fait du pole dance dans son salon.

Quel jeune va se munir d’une feuille et d’un stylo en regardant la vidéo de Pôle emploi pour noter les conseils de rédaction pour son C.V ? Vous connaissez la réponse et elle s’approche du néant.

On le sait, les jeunes n’ont plus aucun pouvoir de concentration. Adapter une démarche de recherche d’emploi à ce format court aussi vite regardé que digéré va-t-il vraiment avoir un effet bénéfique ? Rien n’est moins sûr. On peut même dire que tout est plus sûr ! TikTok est un service de divertissement, peut-être pas de la meilleure des qualités, mais de divertissement tout de même.

Quand vous donnez autant d’importance à des conseils sur la rédaction de votre C.V qu’à comment faire les mêmes pas de danse que Rihanna, il y a une frontière qui a été dangereusement franchie. Cette tentative désespérée du gouvernement de « draguer » les ados et les jeunes en s’adaptant à leur culture et en reprenant leurs codes et tics de langage est un coup d’épée dans l’eau et une perte de temps pour à peu près tout le monde.

L’échec cuisant de cette démarche de mélanger « recherche d’emploi » et vidéo pourra peut-être servir de leçon au gouvernement. L’argent alloué à la production de tels contenus pourra alors peut-être servir à faire de la sensibilisation à la recherche d’emploi d’une manière un peu moins frivole.