Pokmi : Les NFT font leur trou dans le porno…

Il y a des mondes qui sont faits pour se rencontrer, comme ceux des NFT et du porno dont la complémentarité commence à faire bon ménage.

Il y a quelques années, on rigolait des cryptomonnaies et de la blockchain. À l’heure qu’il est, alors que le Bitcoin est à plus de 50 000 euros, les monnaies digitales ne sont plus la risée de personne et font même office de valeurs refuges pour les placements financiers. L’autre valeur numérique qui fait parler d’elle depuis quelques mois, c’est celle des NFT (pour Non Fungible Tokens). Ces objets digitaux (GIF, JPEG, cartes de foot, œuvres d’art…) sont uniques, authentifiés par la blockchain et leur prix s’envole ! Le marché représenterait aujourd’hui pas moins de 9 milliards d’euros. Le fichier original du meme « Side Eyeing Chloe » a été par exemple vendu par sa mère en septembre pour 25 Ethereum, soit 103 600$ selon son cours actuel.

De quoi faire rêver les créateurs du monde entier et en particulier ceux d’une industrie particulière : celle de la pornographie.

Les NFT s’invitent dans le milieu du X

Toujours dans les bons coups, le monde du divertissement pour adulte a toujours su s’approprier les nouveaux médias et technologies émergentes. De la réalité virtuelle aux sites comme OnlyFans, les acteurs du secteur sont souvent pionniers et prompts à s’adapter à notre monde en constante évolution. Aujourd’hui, c’est sur Internet que ça se passe avec le lancement il y a quelques mois de Pokmi, une plateforme qui propose à la vente des contenus exclusifs et non censurés partagés par les stars de l’industrie. Ce projet est chapeauté par The Poken Company, société créatrice du Poken ($PKN), une cryptomonnaie. Il est donc logique que les œuvres vendues sur la plateforme ne puissent être achetées que par ce biais. À ce jour, ce ne serait pas moins de 2,6 millions de $PKN qui y aurait été dépensés. Pour les vedettes du genre, c’est une nouvelle possibilité qui s’ouvre de gagner de l’argent, comme l’explique Nephael, actrice et tête de gondole de la marque :

Quand j’ai découvert les NFT et que j’ai compris ce que c’était, un vaste monde s’est ouvert à moi… Je ne suis d’habitude pas particulièrement branchée nouvelle tech, mais je voulais proposer du contenu différemment à mon public : cela peut être des photos, des vidéos ou des contenus secrets, visibles uniquement après l’achat du NFT. L’avantage du NFT, c’est que cela permet de s’assurer de l’authenticité du média, de son suivi, et cela redonne du coup une valeur à nos contenus trop souvent volés.

Une valeur qui n’est pas figée dans la pierre.

Les grands noms de l’industrie ont vite flairé le business…
À lire également : Comment créer et vendre des NFT : devenez riche et célèbre !

Ménage adroit

Car, oui, comme pour ceux des cryptomonnaies et des œuvres d’art, les prix fluctuent et ne restent que rarement stables. Et plus les prix montent, plus la valeur du $PKN suit. De quoi engranger de belles sommes avec une simple photo ou vidéo. La hardeuse Cléa Gaultier détient pour l’instant le record de vente sur Pokmi avec le cliché d’une de ses petites culottes qui s’est arraché pour 12 000 euros. De quoi donner envie de vider son tiroir de lingerie au quelque millier d’acteurs et d’actrices qui sont pour l’instant inscrits sur la plateforme. De plus, l’usage d’un moyen de paiement autre que par carte de crédit permet également au site d’éviter de rentrer dans des conflits avec les solutions comme Master Card et autres. De quoi conforter les mannequins de charme qui n’auront pas peur de perdre ici subitement leur gagne-pain. Une crainte qui fut effective par exemple quand OnlyFans, sous la pression de leurs partenaires financiers, avait annoncé que le porno n’était plus le bienvenu sur le site… avant de se rétracter.

Avec ce nouvel attrait pour les NFT, nous avons une nouvelle preuve que la vie trouve toujours un chemin, et le Porno aussi.