Pénurie mondiale de puces : en avant les contrefaçons !

Avec la pénurie mondiale actuelle de puces électroniques, certains experts craignent qu’un nouveau marché de semi-conducteurs contrefaits ne se développe, posant au passage de nombreux problèmes de sécurité.

Comme vous le savez peut-être, la pandémie cumulée à tout un tas d’autres causes a provoqué une pénurie inattendue de semi-conducteurs, les puces électroniques utilisées dans la fabrication d’un nombre incalculable d’appareils électroniques. Or, les constructeurs de PC, de cartes graphiques, de consoles de jeux, de smartphones ou encore de tablettes sont soumis à une demande record depuis le début de la crise du Covid-19.

De fait, les besoins ont explosé, poussant très rapidement à saturation les lignes de production des principaux fondeurs en charge de la fabrication de ces puces électroniques. Il n’aura pas fallu longtemps avant que la pénurie ne s’installe, et comme s’accordent à le dire plusieurs experts, cette situation va perdurer jusqu’en 2022 minimum. Voilà pourquoi les PS5, Xbox Series X ou encore les dernières cartes graphiques Nvidia GeForce RTX 3000 sont introuvables.

Une situation idéale pour la contrefaçon de puces

Seulement, si les plus grosses entreprises comme Sony, Microsoft ou Apple peuvent supporter cette pénurie, notamment grâce à la mise en place de chaînes d’approvisionnement solides avec de l’achat direct auprès des fondeurs, ce n’est pas le cas des entreprises les plus modestes. Elles vont devoir rapidement trouver un moyen de se procurer des puces, sous peine de fermer des lignes de production et mettre en péril leurs activités.

Et de l’aveu de nombreux experts, la conjoncture actuelle offre une occasion en or aux contrefacteurs et fraudeurs de composants électroniques. « Si la semaine prochaine, vous devez impérativement vous procurer 5 000 pièces sous peine de voir votre ligne de production s’arrêter,  vous sera dans une situation d’achat de détresse et vous baisserez la garde », affirme Diganta Das, chercheur en contrefaçon électronique, dans les colonnes du site ZDNet.

D’après le spécialiste, le nombre de signalements pour des puces de contrefaçon va augmenter durant les six prochains mois, à mesure que les entreprises se rendront compte qu’on leur a vendu de fausses puces. Dans la grande majorité des cas, ces petites entreprises passent via des distributeurs intermédiaires pour se procurer ces puces électroniques.

À lire également : Samsung et la pénurie de semi-conducteurs : la fin des Galaxy Note

Les petites entreprises vont se jeter sur la contrefaçon malgré elles

Généralement, ces compagnies font preuve de prudence en vérifiant les registres des distributeurs en question et en effectuant des tests approfondis sur les pièces pour s’assurer de leur qualité. Des procédures qui peuvent parfois prendre plusieurs semaines. Or, c’est un temps que certaines sociétés ne peuvent plus prendre. « Si vous donne l’impression d’une pénurie, que vous devez acheter aujourd’hui ou bien vous n’aurez pas la pièce, vous ne respecterez pas vos règles qui consistent à vérifier le fournisseur et à passer par des processus de test. Cela augmente vos chances d’obtenir des pièces contrefaites », assure Diganta Das.

Et vous l’aurez compris, le problème avec ces pièces contrefaites, c’est leur durée de vie limitée et leur chance bien plus élevée de tomber en panne. Et quand on sait que ces fausses puces électroniques pourraient être notamment utilisées dans le secteur automobile, médicale ou militaire, cela fait froid dans le dos.


Laisser un commentaire