OnlyFans : du cul, du cul, mais plus pour longtemps ?

Le réseau social « OnlyFans » veut changer son image et progressivement s’éloigner de ce qui a pourtant fait sa réputation : le contenu explicite pour adulte.

L’avènement d’Internet dans les foyers et encore plus sur nos téléphones portables a ouvert des possibilités pour les artistes et créateurs en herbes de demander le soutien de leurs admirateurs. On a très vite vu l’arrivée de sites permettant de demander de l’argent pour financer des projets, tel que Ulule. Un musicien pouvait par exemple demander à ses fans de couvrir ses frais d’enregistrement et de production pour son nouveau CD en échange de contreparties. De quoi permettre aux artistes de continuer à créer sans pour autant dépenser un denier de leurs poches déjà pas très pleines. À l’heure où vivre de sa musique est quasiment impossible si vous ne passez pas à la radio ni ne remplissez des stades, ce mode de fonctionnement est une aubaine bien appréciable.

Le principe s’est démocratisé et des alternatives ont germé. Avec Tipeee par exemple, vous pouvez donner de l’argent tous les mois à votre YouTubeur préféré ou soutenir un site pour qu’il garde sa ligne éditoriale. Cela permet par exemple à certains hors du système de proposer des articles sans qu’aucune pub n’y soit présente tout en rémunérant décemment les créateurs de son contenu. C’est le cas de Mr Japanization par exemple qui vit grâce aux dons de ses lecteurs.

Comme il y a toujours de la place pour de nouvelles offres est apparu le site OnlyFans.

onlyfans
Julia Tica, le genre de « vedette » qui fait son beurre sur OnlyFans…

OnlyFans : cachez ce sein que je ne saurais voir

Au départ, le principe de OnlyFans est très simple. Vous soutenez les créateurs en payant une souscription mensuelle qui vous donne accès à des vidéos, articles exclusifs dont seuls les abonnés peuvent jouir. Lancé en 2016, le site compte aujourd’hui plus de 2 millions de créateurs et plus de 130 millions d’utilisateurs. Des chiffres colossaux qui ont permis de générer un chiffre d’affaire de 2 milliards de dollars en 2020. La société anglaise récupère 20% des revenus, ce qui représente tout de même la rondelette somme de 400 millions de bénéfice.

Si tout cela ressemble à un conte de fée pour les dirigeants de la compagnie, OnlyFans est pourtant suivi d’une réputation pas très reluisante puisque qu’il est le refuge de très très nombreux comptes qui partagent des photos et des vidéos pornographiques. Toutes les actrices du monde du divertissement pour adulte sont présentes sur le site et en sont presque ses têtes de gondole, comptabilisant des centaines de milliers d’abonnés prêts à payer 10 €/mois pour se rincer l’œil sur des exclusivités. Et si c’est bon pour le compte en banque, ce n’est pas tout à fait du goût des créateurs de OnlyFans qui ne s’attendaient pas à cette dérive et veulent redorer leur blason pour passer à la vitesse supérieure.

À lire également : Naked Yoga : la nudité autorisée fait carton plein sur YouTube

Not porn to be alive

La compagnie a commencé son entreprise de réhabilitation début janvier en lançant l’application OFTV disponible sous Android et IOS. Mais pour avoir le droit d’apparaître sur les stores Google et Apple, il faut être dans les clous et donc ne rien proposer à caractère sexuel. Le contenu disponible y est donc édulcoré et débarrassé de toute idée de nudité. Résultat : 800 vidéos qui se battent entre elles. Un premier pas néanmoins vers une image plus propre qui s’explique avant tout par l’envie de la société de faire venir les investisseurs vers OnlyFans avec, à terme, l’objectif de faire valoriser la compagnie pour plus d’un milliard de dollars.

Sauf que ceux qui pourraient investir ne le font pas à cause justement de cette réputation persistante de « site porno payant ». OnlyFans a donc décidé de durcir sa politique de contenu acceptable à partir du 1er octobre 2021. Tout contenu sexuellement explicite sera maintenant prohibé. Une décision prise pour assurer la pérennité du site et surtout sous la pression des partenaires financiers déjà présents pour soutenir la société et qui ne veulent plus être associés au monde de la pornographie. Nous devrions donc voir très rapidement un exode des stars de ce business lucratif qui ne devraient pas avoir de mal à trouver des solutions alternatives pour monnayer leurs contenus. Quant à OnlyFans, à voir comment ils s’en sortiront sans ce vivier de dollars faciles qui vont subitement s’envoler.

À lire également : Wyylde : l’appli N°1 sur la rencontre libertine et l’échangisme