Nudité en ligne : Meta, Instagram et Facebook sommés de lâcher du lest ?

Le conseil de surveillance du groupe Meta vient de rendre un avis défavorable sur la politique des plateformes Facebook et Instagram en matière de nudité. En cause, des règles incompatibles avec l’identité de genre d’une partie des membres.

C’est une décision du conseil de surveillance du groupe Meta qui va faire bouger les lignes. Ce comité, indépendant, a été fondé en 2019 pour évaluer et analyser les décisions du groupe en matière de modération et de politique d’utilisation. Cet organisme a la capacité de casser les choix des équipes d’Instagram et Facebook, mais aussi de recevoir des plaintes d’usagers des plateformes.

Le conseil de surveillance à la manœuvre

Dans ce cadre, un couple américain avait porté à la connaissance du conseil de surveillance une censure ayant eu lieu en 2021 et en 2022. En cause, des photos de la poitrine dévêtue d’une personne transgenre sur Instagram. Le but de cette publication : sensibiliser la communauté et financer une chirurgie esthétique dans le cadre d’une transition de genre.

Cachez ce sein que je ne saurais voir

Logiquement, de la nudité chez Facebook, c’est impensable. Ces publications ont été assimilées à du racolage par les équipes de modération, puis bloquées dans la foulée. Cela suite à une succession de signalements, parce que oui, la communauté est souvent tout aussi puritaine que les plateformes elles-mêmes.

On est habitués à la politique du groupe en matière de nudité. Si un homme peut s’afficher torse nu sans problème, il est presque impensable pour une femme de montrer sa poitrine sur les réseaux du groupe Meta. Une politique stricte, à tel point que même des publications de musées se sont retrouvées bloquées.

Meta doit revoir sa copie

Mais cette fois-ci, Facebook et Instagram vont devoir changer leur politique de modération. Après des mois de procédure, le conseil de surveillance vient de rendre un avis en faveur du couple. Pour le comité, Meta doit revoir ses règles concernant la nudité. Celles-ci seraient trop subjectives, difficiles à suivre et ne prennent pas suffisamment en compte les personnes non binaires ou transgenres.

Alors, est-ce qu’Instagram et Facebook vont sortir de leur pudibonderie dans les prochains mois ? Rien n’est moins sûr. Il ne faut pas oublier que les plateformes américaines ont toutes un point commun : une modération prude et stricte. De Twitch à YouTube, les règles évoluent depuis quelques années vers un contrôle plus strict du contenu.

Ce qui est quand même fameux dans cette histoire c’est que c’est une plainte de personnes transgenres qui a fait réfléchir la très « woke » Meta. Les photos de femmes qui allaitent étaient depuis longtemps la cible des censeurs…

Partagez l'article :

Laisser un commentaire

Articles populaires