Netflix ou Disney+ ? Nos arguments et notre sélection pour bien choisir

Disney+ réunit le meilleur de Disney, Pixar, mais aussi les mondes Star Wars, Marvel, National Geographic et son nouveau catalogue STAR. Souvent les mêmes programmes sont mis en avant, mais il existe une quantité de petites perles à (re)découvrir…

Sur un coup de tête vous avez suspendu votre abonnement Netflix ? Marre des films vus à la télé ou des tonnes de séries moyennes ? On les commence toutes et on ne les finit jamais. Alors même si on a parfois le droit à des trucs sympas : un ou deux films exclusifs qui sortent du lot chaque mois (El Camino, Bird Box, La Plate-forme) ou une série événement comme Squid Game, on passe toujours plus de temps à se demander ce qu’on veut voir qu’à vraiment regarder.

Si certains clients mécontents quittent le navire pour tenter Amazon Prime Video, d’autres ont décidé de partir chez Disney+. Car à force d’augmentations, Netflix n’est plus vraiment « bon marché » : l’offre basique à 8,99 €/mois n’autorise que la SD sur un seul écran. Pour la HD il faudra payer 13,99 €/mois (2 écrans) et 17,99 € pour la 4K, quand elle est disponible. L’avantage de cette offre, c’est que vous pouvez aussi en faire profiter les copains puisque vous avez le droit à 4 écrans en même temps.

Disney+, une alternative crédible à Netflix ?

Chez Disney+, même si le catalogue est moins étoffé et que les nouveautés sont plus rares, le prix est de 8,99/mois avec une résolution 4K Dolby Atmos sur 4 écrans. Un prix avantageux d’autant qu’il est possible de payer pour un an (89,90 € soit 7,49 €/mois sur 12 mois).

Le problème de Disney+ par rapport à Netflix c’est que la plate-forme n’est pas disponible sur les box Internet. Même si les habitudes de consommation ont changé et que les enfants pourront regarder sur leur tablette, avoir ses programmes sur sa TV, c’est quand même l’idéal pour une famille.

Pour ce qui est des tablettes Android, nous vous conseillons d’abord d’essayer l’appli Disney+ sans prendre l’abonnement : sur les appareils bas de gamme ou trop anciens, l’application risque ne de pas vouloir s’installer. Pour ceux qui tiennent absolument à l’avoir dans le salon, il y a quand même plusieurs solutions : Smart TV, Box Android TV, Apple TV, PlayStation 4 et 5, Xbox One, Xbox Series… On peut même faire passer le flux d’une tablette vers la télé avec un dispositif Chromecast. Enfin, pour les sénateurs, il y a le partenariat avec Canal+. À partir de 25,99 € vous avez tout sur votre décodeur ou votre appli myCanal : Canal+, Disney+ mais aussi Netflix, OCS, Canal+ Series, Ciné+ et Canal+ Cinéma.

Voilà, vous avez toutes les cartes en main pour essayer Disney+ : c’est sans engagement ! Notons quand même que, à l’instar de Netflix ou d’Amazon Prime Video, il est possible d’accéder à encore plus de films et séries avec un VPN. Le Disney+ américain se moque de la chronologie des médias française et tous les derniers films sont de la partie avec des sous-titres et même parfois en version doublée : Spider-Man : Homecoming & Far from Home, Toy Story 4, La Reine de Neiges 2, Advengers : Endgame, etc.

Notre sélection de programmes Disney+

Soulignons que sur Disney+ vous trouverez tous les classiques de l’animation Disney (de Blanche Neige à Vaiana), mais aussi tous les Star Wars (avec ses séries d’animation dérivées et le génial The Mandalorian). De même, les Pixar sont de la partie (du premier Toy Story à Luca) tout comme le Marvel Cinematic Universe avec de très bonnes séries comme Hawkeye, Loki ou Wanda Vision. Le but de la sélection ci-après est de partager avec vous nos trouvailles ou les films que nous avons appréciés sur la plate-forme.

Dopesick

Une série en 8 épisodes qui relate la mise sur le marché de L’OxyContin entre le milieu des années 80 et les années 2000 avec le scandale sanitaire qui a suivi. Une histoire vraie poignante avec Michael Keaton, Rosario Dawson (Kids, Sin City, Clerks 2) et Michael Stuhlbarg (Boardwalk Empire, Steve Jobs). Quand les grandes entreprises pharmaceutiques sont prêtes à tout pour arriver à leur fin. Pas du tout d’actualité donc…


Get Back

Get Back c’est une chanson, mais c’est aussi un film documentaire en 3 parties de Peter Jackson (157, 174 et 139 minutes). Tout a commencé en 1969 lorsqu’une équipe de tournage a eu accès au lieu de travail des Beatles. 57 heures ont été enregistrées, mais oubliées pendant plus de 50 ans. Après une restauration et un montage exceptionnel, Get Back propose de voir la préparation du groupe avant un concert, la dernière prestation live des Beatles au complet. Si vous aimez les Beatles vous allez tomber de l’armoire, et même si vous n’avez pas plus d’affinité que ça avec le groupe de Liverpool, ce documentaire est quand même un véritable morceau d’histoire.


Solar Opposites

Quatre extraterrestres s’échouent sur Terre à la suite de la destruction de leur planète d’origine. Si Korvo le scientifique fait tout pour réparer leur vaisseau et choisir une autre destination, Terry ne l’entend pas de cette oreille, car il adore la planète bleue. Les deux autres : Jesse et Yumyulack ne sont pas des enfants, mais les « répliquants ». Et puis il y a aussi Pupa, un drôle d’animal domestique et « les gens du mur », des humains rapetissés par Yumyulack et qui vivent dans une sorte de terrarium. Bref c’est déjanté et on aime.


Tron (et Tron L’Héritage)

Un grand classique qui a presque 40 ans et qui n’a presque pas pris une ride. En partie réalisé en image de synthèse (oui oui, en 1982), Tron raconte l’histoire de Kevin Flynn (Jeff Bridges), un concepteur de jeu vidéo qui s’est fait voler ses créations par l’éditeur qui l’employait. Pour prouver sa paternité, il entre par effraction dans les bureaux du géant ENCOM, mais une IA répondant au doux nom de « Maître Contrôle Principal » le dématérialise et le téléporte dans le réseau informatique de la société (un univers électronique imaginé par Jean Giraud, alias Moebius). La suite sortie en 2010, toujours avec Jeff Bridges, est moins bonne, mais la musique est signée Daft Punk alors on pardonne.


Futurama

Sur Disney+ on trouve l’intégralité des Simpsons (32 saisons quand même), mais aussi une autre série animée de Matt Groening : Futurama. Fry, un livreur de pizza New Yorkais, se retrouve cryogénisé en 2000 et se réveille 1000 ans plus tard. Il trouvera refuge chez un vieux scientifique qui est en fait son lointain descendant et il rencontra sur sa route des personnages hauts en couleur ainsi que son meilleur ami Bender, un robot alcoolique habitué des prostitués. 7 saisons de bonheur…


Dans l’Ombre de Mary

Si vous aimez Mary Poppins (qui est bien sûr disponible sur Disney+), vous allez aimer Dans l’Ombre de Mary qui narre les difficultés de Walter Disney (Tom Hanks) d’adapter les livres de Pamela Travers (Emma Thompsom) au cinéma…


Les Collections « STAR »

Sur Disney+, on trouve aussi les « Collections » comme les trois Die Hard : Piège de Cristal, 58 minutes pour Vivre et Une Journée en Enfer (il y a aussi le 4 et le 5, mais on fera comme s’ils n’avaient jamais existé). STAR renferme aussi TOUS les Predator, Pirates des Caraïbes et Alien. Enfin, on trouvera pas moins de 8 films La Planète des Singes : les vieux avec Charlton Heston (sauf le très mauvais cinquième film), les récents sortis entre 2011 et 2017 et même celui de Tim Burton (2001) !