MYM : le réseau social français sur les traces d’OnlyFans

Avec plus de 8 millions d’utilisateurs, « MYM » est un beau succès 100% français qui vous permet de rencontrer des célébrités en long, en large et surtout en travers.

Les réseaux sociaux étaient au départ un grand monde aux valeurs presque dignes des hippies qui voulaient rapprocher les humains du monde entier. Puis les célébrités s’en sont mêlées, il a été possible de monétiser les contenus et tout s’est écrasé. Les belles envies de partage sont devenues des rêves de fortune. Aujourd’hui, alors que certains gagnent des millions chaque mois grâce à leurs comptes Instagram ou Facebook, tous les jeunes du monde entier ne rêvent plus que de devenir influenceurs. Pour chaque demande, il faut une offre. C’est pour cette raison qu’est né MYM, un réseau social français.

Y a que MYM qui MYM

MYM (Pour Me.You.More ou Meet Your Model) a été créé en 2019 par Pierre Garonnaire et Gaspard Hafner, deux amis d’enfance venus de la Loire. C’est en discutant avec une influenceuse Instagram qui leur confiait le nombre grandissant de demandes d’interaction privée qu’elle recevait que les deux compères ont l’idée d’un réseau social payant qui les faciliterait. Marchant sur les pas du géant OnlyFans, cette plateforme permet aux créateurs et créatrices de gagner de l’argent en partageant du contenu. Moyennant un abonnement mensuel, ceux qui suivent les comptes ont accès à des lives et des vidéos ou des photos exclusives. MYM permet également de passer des requêtes directement aux stars. Vous voulez par exemple un message personnalisé de cet artiste parce que c’est l’anniversaire de votre mère ? Envoyez-lui un message avec une proposition de prix, et il aura trois jours pour l’accepter ou non. C’est d’ailleurs sur cette proximité avec les célébrités qu’insiste la plateforme pour en vanter l’attrait. Comme on peut lire sur la page d’accueil à ce propos :

 

Sur MYM, vous n’êtes plus un fan anonyme. Les stars vous reconnaissent, vous écoutent, et partagent avec vous des moments privilégiés qu’aucun autre réseau social ne vous offre.

Ayant bien profité d’un coup d’accélérateur dû au confinement, MYM revendique aujourd’hui plus de 200 000 créateurs et plus de 8 millions d’utilisateurs à travers le monde.
Recevant un pourcentage de chaque transaction effectuée sur le site, la société se porte plutôt bien, avec un chiffre d’affaire de 30 millions d’euros en 2020 qui pourrait plus que doubler en 2021. À l’heure actuelle, ce ne sont pas moins de 30 employés qui travaillent à temps plein pour faire tourner MYM. Une vraie réussite qui est donc le résultat d’un projet lancé avec la belle et noble idée de réunir les stars et leurs fans ? Grattons un peu, juste pour être sûr !

Des célébrités pas si célèbre

@MYM

Sur sa page d’accueil du site de MYM, tout a l’air plutôt normal. Les grands sourires de gens « normaux » nous confortent dans l’idée que tout est « normal ». Puis, en descendant, un bandeau nous montre ces célébrités incroyables qui sont inscrites sur le site. Le footballeur Djibril Cissé déjà, et l’influenceuse Emma CakeCup pour les plus connus. Pour les autres présents, comme un certain Zarruecos, même s’ils ont des dizaines, voire des centaines de milliers de followers sur Instagram, on a un peu du mal à les considérer comme des célébrités. Mais alors d’où viennent ces 30 millions d’euros de chiffre d’affaire ? En grande partie du monde de l’érotisme et de la pornographie. Pourquoi d’ailleurs ne pas mettre en avant la présence de Clara Morgane et de très nombreuses et pulpeuses stars de la tété réalité sur MYM ? Même si les créateurs de la plateforme annoncent que les contenus adultes ne comptent que pour 20% de l’argent rapporté sur MYM, on a beaucoup de mal à les croire sur parole tellement les « vraies » célébrités pour lesquelles les fans dépenseraient sans compter manquent à l’appel du roster du site.

Des réalisateurs X qui font leur marché

D’ailleurs, le contenu pornographique est accessible sur MYM puisque tous les abonnés sont censés avoir plus de 18 ans. On sait pourtant qu’il est très facile pour un mineur de s’y inscrire, les vérifications d’identité étant très légères et facilement contournables. L’appât du gain peut parfois se transformer en prostitution et il est de notoriété publique que des réalisateurs de films pour adulte viennent faire leur marché sur ce genre de site à la recherche de leur prochaine star. Étrangement d’ailleurs, quand OnlyFans a annoncé il y a quelques mois que tout ce qui touchait au monde du porno serait banni de son site (avant de se rétracter), des milliers de créateurs de contenu se sont rabattus sur la plateforme française qui a vu ses adhésions exploser. On veut bien n’y voir qu’un hasard et jouer les innocents mais pas trop longtemps non plus. Et si un jour les créateurs d’offres comme MYM, qui se montrent souvent en défenseur des artistes et se cachent derrière des comités d’éthique de façade, assumaient eux aussi que c’est le sexe et la pornographie qui payent leurs voitures de luxe ? N’en gagnerions-nous pas à vivre dans un monde un peu moins hypocrite ?

Vous avez 2 heures !