Moments : Facebook lance une nouvelle application de partage de photos

Facebook compte bien profiter de ses algorithmes de reconnaissance faciale pour proposer Moments, une application de partage de photos quelque peu effrayante.

Facebook, via ses algorithmes, est capable de reconnaître les visages sur vos photos et même de trouver la personne. Le hic, c’est que les photos ne sont pas toujours envoyées sur Facebook et donc les personnes ne voient pas ce qu’elles deviennent (si elles ne sont pas supprimées). Ainsi, Moments va permettre de regrouper toutes ses photos jamais publiées pour les rendre privées.

Moments est lancée uniquement aux États-Unis pour l’instant. Si votre compte Play Store est américain ou si vous trouvez l’apk, vous serez en mesure de l’utiliser. Voici le lien du Play Store pour la télécharger. Les possibilités de l’application sont les suivantes :

  • Garder toutes les photos organisées dans un endroit privé
  • Synchroniser plusieurs photos à la fois sans devoir envoyer un mail ou un MMS
  • Rechercher les photos de vous et de vos amis
  • Sauvegarder les photos qu’ont pris vos amis sur votre appareil
  • Partager les photos sur Facebook, Instagram ou directement dans Messenger

Moments garde un côté social avec les photos là où Google Photos fait un peu le timide. En effet, Google Photos ne permet pas de trier les photos par rapport à une personne, mais via des thèmes, lieux ou types. Du coup, si vous êtes plutôt bon vivant à sortir et faire la fête avec vos amis, Moments saura vous séduire. De par son côté « privé », vous éviterez aussi de voir publier les photos de vous alcoolisé, à moins qu’un de vos amis présent à la soirée ne décide de la partager. Vous pourrez les classer et créer des albums.

Moments trie les photos selon la personne qui apparait dessus

Au final, Moments réutilise une ancienne fonction de Facebook. En effet, il est déjà possible de réaliser des albums photo participatifs sans toutefois le côté tri par personne et le côté privé. Il faudra attendre que la sauce prenne aux États-Unis pour espérer voir arriver l’application en France.