News

Mieux comprendre son smartphone : Le capteur photo

La course aux mégapixels a atteint les smartphones. Les constructeurs délivrent des appareils affichant de plus en plus de mégapixels. Ce n'est pourtant pas un gage de qualité, loin s'en faut. Éclairage.
Quelque 41 mégapixels ! C’est ce que montre la fiche technique du 1020 PureView de Nokia. Un tel étalage de pixels sur la place publique pose quelques questions. Au moins une. Est-ce bien utile ? La réponse ne tient malheureusement pas en un mot. Une chose est sûre, le nombre de pixels affichés par les smartphones est davantage un argument marketing qu’un gage de qualité du capteur.

Pour bien cerner cela, il faut comprendre comment fonctionne un capteur photo. Comme nos yeux, il reçoit la lumière qui lui est reflétée par les objets et personnes environnants, amalgamant les informations sur l’intensité et les couleurs de cette lumière. Ces informations sont transformées en impulsions électriques par le capteur, puis en signal analogique. Ce signal est ensuite amplifié et numérisé. La qualité d’un capteur est donc définie par 2 éléments, sa taille et sa résolution. Plus ils sont grands et plus la qualité de l’image est importante. Or à résolution égale, c’est la taille du capteur qui fait la différence.

capteur photo
Le Lumia 1020 de Nokia, tournant sous Windows Phone, possède un capteur de 41 mégapixels, symbole de la course effrénée aux mégapixels.

Un capteur de smartphone affichant une résolution de 13 mégapixels, comme celui du Galaxy S4, recevra moins de lumière qu’un capteur de 13 mégapixels appartenant à un appareil réflex standard. La résolution et le nombre de mégapixels ne proposent qu’une information parcellaire sur la qualité intrinsèque d’un capteur. C’est ce qu’a tenté d’expliqué HTC lors de la sortie de son HTC One affichant modestement 4 mégapixels sur son capteur alors que la concurrence en comptait 8 ou 9 de plus. Le capteur du HTC One étant plus grand, il arrive à compenser ce déficit en mégapixels. D’autant que 4 mégapixels sont largement suffisants pour prendre des photos en full HD, affichables sur un grand écran de télévision.

C’est dans la même optique (sans jeu de mots) que Sony a décidé de sortir les QX-10 et QX-100, des objectifs qui viennent se fixer sur le smartphone. Le QX-100 affiche 20 mégapixels, mais contrairement aux capteurs habituels sur smartphones, celui-ci mesure 1 pouce.

Qualité photo = argument marketing

Au-delà des histoires de taille, les capteurs se différencient également par la technologie du capteur. Sans entrer dans les détails, il en existe plusieurs sortes, les deux principales étant les CCD et les CMOS. La dernière est considérée comme étant plus fiable. Une information qu’il est souvent difficile à trouver au moment d’acheter un smartphone.

Les constructeurs en prennent cependant conscience. Les consommateurs sont de plus en plus avisés et se laissent moins souvent berner par des arguments marketing. La communication autour des capteurs photo est donc très soignée. Que ce soit pour séduire les amateurs-connaisseurs avec le Sony XPERIA Z1, avec son capteur CMOS Exmor à 20,7 mégapixels ou les utilisateurs maladroits avec le stabilisateur du G2 de LG.

capteur photo pour smartphones Android
QX-100 de Sony, gadget ou révolution ? Ce qui est sûr c'est qu'aucun smartphone n'est équipé à ce jour d'un capteur de cette qualité.

Le capteur photo qui équipe un smartphone devient un véritable argument de vente. Le smartphone devient un couteau suisse multimédia et les consommateurs se tournent désormais vers des appareils capables de filmer en HD et de prendre des photos de qualité. Les caméras numériques et les appareils photo compacts sont les premiers impactés. Il est fort à parier que les constructeurs vont mettre toutes leurs forces dans cette bataille au pixel, en espérant que, à l’instar de Sony ou HTC, ils prennent également conscience que la qualité n’attend pas le nombre de pixels.

Etiquettes