• Rechercher
Accueil ► News ► Decryptage ► Microsoft : Bill Gates quitte définitivement la firme

Microsoft : Bill Gates quitte définitivement la firme

bill gates

Le cofondateur de Microsoft et homme le plus riche du monde (à quelques milliards près) prend définitivement ses distances avec la société qu’il a créée en 1975. C’est une page qui se tourne dans le monde de l’informatique.

Même si cela fait plus de 20 ans que Bill Gates n’est plus le PDG de Microsoft, il gardait un poste de choix au conseil d’administration même s’il avait déjà commencé à prendre ses distances en 2008 puis en 2014 où il quitte la présidence du conseil d’administration. Qu’on aime ou pas le bonhomme, il s’agit quand même d’une icône de l’informatique moderne. Aucun grand patron n’aura autant incarné son entreprise à tel point qu’il est indissociable de Microsoft.

Rappelons que Bill Gates est un programmeur, mais aussi un homme d’affaires hors pair : en 1980 il achète pour une bouchée de pain le Q-DOS, un système d’exploitation qu’il rebaptise MS-DOS. Bill Gates va alors vendre une licence non exclusive du système à IBM. Avec le succès des Compatibles PC IBM, sa fortune est faite. Il s’inspirera aussi de MacOS pour créer Windows, un OS graphique ce qui lui vaudra une rancune tenace de Steve Jobs (qui lui-même avait pompé son interface graphique chez Xerox).

Des coups durs en pagailles

Bill Gates c’est aussi des coups durs et des échecs. Farouche opposant aux logiciels libres, il change son fusil d’épaule au milieu des années 2000, mais c’est le procès pour l’abus de position dominante de Windows qui fait beaucoup parler de lui à la même époque. En 2004, la Commission européenne inflige à Microsoft une amende d’un demi-milliard d’euros pour avoir eu l’outrecuidance de proposer ses logiciels maison dans son OS. La firme a d’ailleurs été aussi condamnée à vendre une version de Windows sans Windows Media Player en Europe. Vous imaginez de nos jours Google proposer son Android sans Chrome, YouTube, Maps, etc ? Du milieu à la fin des années 2000, Microsoft manque un tournant capital… Celui du mobile.

Gates manque le virage « mobile »

Alors que la firme de Redmond a toujours été présente sur les systèmes embarqués (Windows CE et Pocket PC), Windows Mobile n’est pas à la hauteur des attentes des utilisateurs. Windows Phone est lancé avec deux ans de retard par rapport à iOS et Android, et même les partenaires historiques de la marque finissent par adopter Android. La dernière version, Windows 10 Mobile marque la fin de l’aventure en 2017 et le suivi est définitivement arrêté en décembre 2019.

Bill Gates n’a jamais vraiment digéré cet échec. Lui, d’habitude si réservé, a souvent blâmé le procès qu’a intenté le gouvernement américain contre Microsoft dans sa lutte antitrust. Selon Bill Gates, ce procès l’a détourné des réalités du marché. Il dira : « J’ai merdé à cause de la distraction. Il ne fait aucun doute que le procès antitrust était mauvais pour Microsoft et nous aurions été plus concentrés sur la création de l’OS mobile. Et donc au lieu d’utiliser Android aujourd’hui vous seriez tous en train d’utiliser Windows Mobile ». Une pilule apparemment dure à avaler…

windows phone
La mayonnaise n’aura jamais prise avec Windows Phone. Dommage, car malgré quelques défauts, c’était l’OS idéal pour concilier les mondes PC et mobile…

Et maintenant ?

Bill Gates va donc prendre plus de temps pour sa fondation et ses œuvres philanthropiques. Depuis des années, Bill Gates et sa femme luttent contre la pauvreté et donnent accès à la technologie aux plus démunis. La fondation Bill & Melinda Gates est aussi très présente dans la mise au point et la distribution de vaccins. C’est très louable et ses petits copains milliardaires devraient en prendre de la graine, mais pour faire prospérer sa fondation, Bill Gates investit dans des business par toujours très « propres » : Monsanto (semence génétiquement modifiée), Coca-Cola (avec ce qu’on sait qu’ils font avec les réserves d’eau mexicaines), compagnies pétrolières (Total, Shell, Exxon), etc. Au moment où on commençait à le trouver sympa ce Bill…


Auteur
Benoît Bailleul

Grand Stratéguerre d'Android-MT, Benoît est journaliste depuis plus de 20 ans dans le domaine des nouvelles technologies. Il est aussi rédacteur en chef de plusieurs magazines liés à l'informatique (Pirate Informatique, L'officiel PC - Raspberry Pi et Les Dossiers du Pirate). Gentil comme tout, il peut se changer en Gremlin si vous venez l'embêter sur Twitter...

Tous les articles
Auteur Benoît Bailleul