Les Suisses résistent au déploiement de la 5G

Le déploiement de la technologie mobile de cinquième génération (5G) fait sensation dans toute la Suisse. D’un côté un état réputé conservateur qui veut figurer parmi les premiers pays européens à offrir la 5G à ses concitoyens, de l’autre des citoyens qui s’opposent massivement au développement de cette technologie.

En février 2019, la Commission fédérale de la communication Suisse a attribué des fréquences radio mobiles 5G aux trois opérateurs suisses Salt, Sunrise et Swisscom, via une mise aux enchères initiale d’environ 380 millions de francs suisses soit un peu plus de 357 millions d’euros.

En avril 2019, les trois opérateurs ont ainsi pu commencer le déploiement du réseau 5G et les premiers appareils 5G ont vu le jour en Suisse proposant d’ailleurs des offres hors de prix… L’objectif était de couvrir l’ensemble du territoire pour la fin 2019 si toutefois les multiples moratoires engagés à l’échelon local n’avaient pas freiné les directives gouvernementales, obligeant les opérateurs à ne déployer la 5G que sur les réseaux existants, et de fait, limitant terriblement les capacités de celle-ci.

Toujours les mêmes craintes…

« Aucune idée de l’effet de ces ondes sur la santé » voilà ce qu’avance un des élus du Parti Démocrate Chrétien (PDC) Bertrand Buchs, qui est aussi médecin et, « [s]’étonne de la vitesse supersonique des concessions offertes sans aucune concertation sur les risques sanitaires, environnementaux et sécuritaires. »

En parallèle, des associations telles que l’ARRA (Alerte Romande aux Rayonnements Artificiels) qui lutte contre la prolifération des antennes de téléphonie mobile et le Gigaherz Club, association de protection de la population contre les effets nocifs des rayonnements électromagnétiques, protestent activement contre le déploiement de la nouvelle technologie, affirmant qu’elle présente des risques potentiels pour la santé. Rappelant, par ailleurs, que le réseau actuel est plus que suffisant pour répondre aux besoins de la population.

La Suisse devra donc patienter encore un peu pour profiter pleinement de cette nouvelle technologie… Qu’en sera-t-il de ses confrères européens et notamment la France dont la mise aux enchères des fréquences pour la 5G devrait commencer à plus de 2 milliards d’Euros !