Les smartphones sont-ils anti-écologiques ? Des milliards d’appareils jetés en 2022

Alors que les enjeux climatiques sont au cœur de nombreux débats, le recyclage fait partie des solutions les plus évoquées. Un secteur, pourtant, résiste encore et toujours à la récupération : celui des smartphones.

En 2022, ce sera plus de 5 milliards de smartphones, 5,3 milliards pour être précis, qui seront jetés sans aucun recyclage. Ce chiffre, c’est le forum International sur les Déchets d’équipements électriques et électroniques (WEEE) qui le publie dans un rapport. Ni le cuivre des fils, ou encore les minerais rares des batteries ne sont récupérés, là où souvent, ils pourraient profiter d’une seconde jeunesse.

Un enjeu de taille

Avec 16 milliards de téléphones dans le monde, les 5,3 milliards qui seront jetés sans recyclage représentent près d’un tiers de la masse. Un chiffre élevé, quand on sait que seuls 17% des déchets électroniques sont entièrement recyclés. Le pôle Télécommunications des Nations Unies a proposé un objectif de 30% d’ici 2023.

Même si les chiffres sont élevés, les smartphones ne représentent qu’une part minime de l’ensemble des déchets électroniques. Au total, la WEEE recense près de 45 millions de tonnes d’appareils jetés à l’abandon (appareils ménagers, ordinateurs, domotique…). D’ici 2030, l’organisme estime que cela représentera 74 millions de tonnes par an. Des sommets qui donnent le vertige.

Le recyclage pour le long terme ?

En plus des questions évidentes d’impact climatique, l’absence de recyclage pour une telle quantité de smartphones pose question. Face à la raréfaction de minerais (pourtant déjà rares !), les industries cherchent des solutions. Pourtant, les estimations penchent pour une croissance rapide de la demande de smartphones au cours des prochaines années.

Cobalt, lithium, néodyme… Autant de minerais rares dont l’extraction doit répondre à une demande croissante pour ces bijoux de technologie. Un meilleur recyclage des smartphones pourrait être la solution pour réduire leur empreinte carbone. Une voie déjà empruntée par certains, mais que les géants du secteur de la téléphonie ne semblent pas encore avoir choisie. Il faut donc que la législation évolue, souligne Pascal Leroy à Jordan News. Le directeur du WEEE se réjouit par exemple que l’UE impose un unique standard de port pour la recharge des smartphones d’ici 2024. En attendant, c’est l’Afrique qui hérite d’une partie de nos déchets électroniques avec la pollution inévitable des sols qui en résulte.

recyclage téléphones
Il y a plus de 16 milliards de smartphones sur terre, mais un tiers n’est plus utilisé. Ils contiennent pourtant de l’or, du palladium, du cuivre ou de l’argent.


Laisser un commentaire