News

Les français ne sont pas intéressés par la 4G

IPSOS et l'opérateur de téléphonie mobile Prixtel ont révélé, cette semaine, une étude montrant le manque d'engouement des français pour le nouveau réseau 4G. La faute à un usage peu adapté aux besoins et à une offre encore trop marginale.
Une semaine après le Global Mobile Consumer Survey du cabinet Deloitte, une nouvelle étude IPSOS pour Prixtel montre le désintérêt des français pour le réseau mobile 4G, pour presque 75 % d’entre eux. Ce n’est pourtant pas faute de communiquer abondamment sur ses apports : Internet plus rapide, visionnage de vidéos facilité… Force est de constater que le message ne prend pas ou peu : presque 20 % des personnes interrogées associent la 4G à « plus de données sur leur forfait mobile ».

La 4G ? Pour quoi faire ?

Au-delà de l’incompréhension, la question de l’apport réel d’une connexion mobile plus rapide est centrale. Environ 30 % des sondés estiment que la 4G « ne correspond pas à leurs besoins ». Les principaux usages de l’Internet mobile sont connus : consultation des mails, messagerie instantanée et visionnage de vidéos. Autant d’activités rendues plus aisées par une connexion plus rapide. Alors pourquoi ce désintérêt ?

Aujourd’hui, les grands opérateurs de téléphonie mobile offrent une couverture 3G frisant les 100 % du territoire. Ce qu’ils ne proposent pas (encore), ce sont des services innovants où bénéficier de la 4G se justifiera pleinement. Au quotidien, l’utilisateur lambda arrive très bien à profiter de l’Internet mobile en 3G. Inutile de changer de smartphone et d’augmenter le prix de son forfait.

Car c’est là l’autre problème : pour l’instant, les offres et les mobiles compatibles sont trop chers et peu nombreux. iPhone compris, environ une trentaine de modèle sont actuellement compatibles 4G. Dans la majorité des cas, ce sont des modèles haut de gamme onéreux, tel que le Galaxy S4 de Samsung ou le HTC One. Un choix amené à se diversifier mais qui peut freiner les clients actuels obligés de changer de mobile pour accéder au nouveau réseau.

Bouygues Telecom prend de l’avance

L’opérateur est officiellement entré dans le monde de la 4G hier. Profitant de l’utilisation de son réseau 2G, par lequel passera la 4G, Bouygues couvre environ 60 % du territoire, laissant ses concurrents derrière. SFR et Orange offriront une couverture d’environ 40 % d’ici la fin de l’année. Les Freenautes doivent encore patienter.

La 4G va-t-elle marcher ?

Le réseau n’en est encore qu’à ses balbutiements. Il faut lui laisser le temps de se développer et de progressivement devenir la nouvelle norme. S’ajoute à cette phase de maturation nécessaire la frilosité habituelle face une nouvelle technologie. Peu de gens voyaient l’utilité des tablettes tactiles au moment de leur sortie. Et pourtant…

Les opérateurs devront néanmoins proposer des usages novateurs afin que la 4G rentre dans les mœurs. Une 3G simplement (et théoriquement) plus rapide aura du mal à justifier l’investissement. La vitesse, c’est bien, la vitesse utile c’est mieux.