Le tout puissant Facebook confirme la suspension de Donald Trump

Le conseil de surveillance de Facebook a statué sur l’affaire de la page de Donald Trump, près de quatre mois après son bannissement. Si le réseau social déclare avoir eu raison de le suspendre, elle doit notifier l’ancien président d’une potentielle date ou d’un critère de retour…

Souvenez-vous, en janvier 2021, une foule de partisans de Donald Trump a envahi le Congrès à Washington. Une action motivée par les paroles du président, qui n’avait de cesser de crier au trucage de l’élection présidentielle, qui a donné Joe Biden vainqueur. Dans une vidéo publiée sur de nombreux réseaux sociaux, Donald Trump soutient ouvertement la manœuvre de ses partisans. Ce sera la goutte d’eau qui fait déborder le vase pour Facebook et Twitter, qui décident de censurer et bannir le compte du président américain.

Et que l’on apprécie Trump ou non, la décision des deux réseaux sociaux va à l’encontre même de la liberté d’expression. Quoi qu’il en soit, Facebook s’est enfin positionné quant au retour de Donald Trump sur sa plateforme. En effet, le réseau social mené par Mark Zuckerberg a tenu pour l’occasion un conseil de surveillance spécial. D’après de nombreux analystes, il s’agit d’un moment clé dans l’histoire des réseaux sociaux et leur influence sur le monde politique.

facebook
Crédits : Pixabay

Le conseil de surveillance de Facebook a scellé le sort de l’ancien Président

Ce conseil de surveillance est une initiative financée par Facebook, à hauteur de 130 millions de dollars tout de même. Il est composé de 20 membres de nationalités diverses, parmi des journalistes, des avocats, des défenseurs des droits de l’homme et d’anciens dirigeants politiques. Bien entendu, de nombreuses questions ont été abordées par ce conseil, y compris le cas de Donald Trump.

Concernant le sort du compte du président, Facebook avait décidé de se donner le temps de la réflexion, mais ce mercredi, le couperet est (presque) tombé. Si sa page suivie par 35 millions de personnes n’est pas encore rétablie, Facebook n’a pas le droit d’imposer une suspension indéfinie : « Il n’est pas permis à Facebook de tenir un utilisateur à l’écart de la plateforme pendant une période indéfinie, sans aucun critère permettant de savoir si le compte sera rétabli ou non« . Il faudra donc que le réseau social donne une date à laquelle sa page sera rétablie et le prévienne des changements à opérer s’il veut la récupérer. Facebook se garde aussi le droit de supprimer définitivement la page de l’ancien Président.

En bref le Conseil s’est réuni pour prendre la décision de prendre une décision. Brillant. En attendant la page est toujours inactive.

Comme vous vous en doutez, le bannissement de Donald Trump de la plupart de ses réseaux sociaux a été la source de débats endiablés. Ses partisans crient logiquement à la censure, tandis que ses détracteurs auraient souhaité que l’éviction numérique de Donald Trump survienne bien plus tôt (difficile à imaginer pour l’homme le plus puissant du monde).

En outre, certains chefs d’État, qui ne partagent pas forcément les idées politiques de Trump, ont fait part de leur inquiétude quant à la capacité des réseaux sociaux de choisir qui a le droit de la parole sur leur plateforme. « Quel que soit le verdict, nous devrions être mal à l’aise avec l’idée que des décisions de cette nature soient prises par des entreprises non élues, qui n’ont pas à rendre de comptes, et par les inspecteurs qu’elles ont choisis », soulève Elizabeth Renieris dans le Figaro.

Source : OverSightBoard


Laisser un commentaire