Le TousAntiCovid chinois détourné pour mater des manifestations

Des Chinois désirant manifester pacifiquement devant une banque ont eu une bien curieuse surprise en descendant du train ou de l’avion. Leur passe sanitaire a en effet subitement changé de couleur les obligeant à s’isoler.

Tout commence en avril 2022 avec des petits épargnants de la province du Henan qui ne peuvent plus récupérer leur économie. Le pouvoir enquête, mais l’affaire piétine : il s’agirait d’une histoire mêlant des criminels locaux, 4 banques différentes, un actionnaire en fuite, mais plusieurs semaines après le début du problème, rien n’est réglé. La colère monte et les plaignants décident de se rendre à la capitale provinciale de Zhengzhou pour demander des comptes à la maison mère. Le PCC aime bien l’ordre et entre juin et juillet, des manifestants se sont fait réprimer à la dure. Mais ce qui a particulièrement déplu les Chinois, c’est l’utilisation du passe sanitaire pour stigmatiser les manifestants. Certains ont eu la surprise de voir le TousAntiCovid local passer du vert au rouge alors qu’ils étaient sur place ou dans les transports (train, avion, bus, etc.) Surprenant quand on sait qu’il faut faire un test avant de partir de presque n’importe quelle destination.

Des isolements à but politique

Bien sûr, ce code rouge, synonyme de contamination avérée ou potentielle, signifie que vous ne pouvez pas voyager ou circuler et qu’il est impératif de s’isoler. Et un manifestant qui ne peut pas manifester, avouez que c’est bien pratique. Après tout, c’est un peu comme ça qu’on a fait taire les gilets jaunes, vous vous rappelez ? L’affaire a fait tellement de bruit qu’il a été est impossible aux censeurs de faire taire les témoins sur les réseaux sociaux. Même les médias d’État ont dû en parler ! Les Chinois, qui ont accepté de se laisser enfermer et de subir des restrictions draconiennes à cause du Covid se rendent compte que cette surveillance peut servir à d’autres desseins que des raisons sanitaires. Le PCC peut donc très bien déclencher un drapeau rouge à distance et mettre à l’isolement une personne bien portante à but politique (comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous).

Mais comment peuvent-ils savoir qui manifeste et qui a décidé de se déplacer dans ce but ? Réponse : le Big Data. En recoupant diverses informations de géolocalisation, de données issues des réseaux sociaux ou de base de données privées (transports, banques, etc.), le gouvernement chinois est donc en mesure de cibler les récalcitrants. Pas très bon pour leur crédit social donc…