L’appli anti-Covid qui trace ses concitoyens va devenir obligatoire

Les forces de police de Singapour pourront accéder aux données de l’application anti-Covid Trace Together dans le cadre d’affaires criminelles. La population crie au scandale, alors que le gouvernement avait promis que ces données seraient utilisées uniquement dans la lutte contre la pandémie.

Certains diront que ça devait arriver. Comme vous le savez probablement, de nombreux pays à travers le monde ont fait le choix de recourir à une application de traçage médical pour lutter contre le Covid-19. Si nous avons décidé de passer pour des chèvres en optant pour une solution made in France, à savoir TousAntiCovid, la grande majorité de nos voisins européens a opté pour la solution développée par Apple et Google.

À Singapour, l’application anti-Covid se nomme Trace Together et s’impose comme un véritable succès puisqu’elle est utilisée par plus de 80% de la population. Seulement, cette popularité pourrait bien descendre en flèche, après cette annonce ubuesque des autorités singapouriennes.

Un scandale pour la population singapourienne

En effet, les forces de police du pays ont désormais l’autorisation d’accéder aux données personnelles des utilisateurs de Trace Together dans le cadre d’affaires criminelles. Contrairement à TousAntiCovid, l’enregistrement sur Trace Together n’est pas anonyme (ou plutôt « pseudonyme »). En d’autres termes, la « Singapour Police Force » pourra retrouver sans difficulté l’identité et obtenir la localisation de chaque utilisateur de l’appli de traçage. Un scandale pour de millions d’utilisateurs, alors que le gouvernement avait justement promis d’utiliser ces données uniquement pour lutter contre la pandémie de Covid-19. C’est cette promesse qui a convaincu 80% de la population du pays d’installer Trace Together.

« Je pense que la raison pour laquelle la plupart des gens sont en colère ce n’est pas le sentiment qu’on les surveille en permanence. On a déjà cela au travers d’autres moyens comme la vidéosurveillance. Non ici, c’est plus qu’ils ont le sentiment d’avoir été trompés ». Vous vous en doutez, de nombreux utilisateurs et des associations de défense des droits de l’homme appellent à la désinstallation de l’application.

À son lancement en mars 2020, le téléchargement et l’utilisation de l’appli étaient basés sur le volontariat. Problème, les autorités s’apprêtent à la rendre obligatoire pour se rendre au travail ou pour rentrer dans un centre commercial. En d’autres termes, sa désinstallation peut grandement compliquer la vie des Singapouriens à l’avenir…Une situation qui est loin d’être simple.

Pour rappel, le patron des magasins Leclerc avait eu la même idée saugrenue. Le PDG souhaitait rendre obligatoire le téléchargement de TousAntiCovid pour accéder à ses hypermarchés. Heureusement, la formidable et terrifiante proposition de M. Leclerc ne verra pas le jour…pour le moment.