John McAfee : une fin à la Al Capone pour le pionnier de l’antivirus ?

John McAfee, figure historique de la cybersécurité, vient d’être arrêté en Espagne. Il va être extradé aux États-Unis pour répondre à de nombreux chefs d’accusation. La cavale prend fin pour le millionnaire.

McAfee, si vous êtes PCiste, vous connaissez forcément ce nom. Il s’agit bien entendu des célèbres logiciels anti-virus. Sachez que derrière ce nom mythique de l’informatique se cache John McAfee, figure fantasque et déchue de la cybersécurité. Le multi millionnaire, en fuite depuis plusieurs mois, vient d’être arrêté en Espagne. 

Une liste interminable de chefs d’accusation

L’homme d’affaires américain, dont la vie mériterait probablement une série en 20 saisons, va être extradé vers les États-Unis où il devra répondre à de nombreux, très nombreux chefs d’accusation : fraude fiscale, faux et usage de faux, dissimulation de revenus… Le business man n’aurait pas payé d’impôts depuis près de huit ans, une performance dont il se vante d’ailleurs à maintes reprises sur les réseaux sociaux.

Il faut rajouter à cela l’utilisation de noms d’emprunt, d’usurpation d’identité et d’investissements suspects dans l’immobilier, des bateaux, des voitures de luxe, pour éviter de payer des taxes. Pour rappel, le créateur des logiciels antivirus à son nom est devenu aujourd’hui évangéliste pour les cryptomonnaies, comprenez qu’il en fait la publicité contre des chèques avec plusieurs zéros. 

La justice américaine et le SEC (l’organisme de contrôle des marchés financiers américains) voulaient mettre le grappin sur John McAfee depuis janvier 2019, période depuis laquelle il est soupçonné d’avoir financé « des actes criminels contre le gouvernement des États-Unis » grâce à des cryptomonnaies. À cette époque, l’ancien magnat de la cybersécurité s’était engagé dans la course à la Maison Blanche, sous l’étiquette du Parti libertarien. Il faut avouer qu’après Trump, avoir un escroc professionnel et un meurtrier supposé à la présidence américaine ferait ton sur ton.

À lire également : Twitter – dites au revoir à votre compte si vous souhaitez la mort de Donald Trump

À lire également : Un ancien de Facebook balance – le réseau social est « aussi addictif que le tabac »

Et oui, figurez-vous que John McAfee s’est retrouvé dans une histoire sordide lorsqu’il résidait à Bélize en Amérique centrale. En effet, l’homme a subitement pris la fuite vers le Guatemala lorsque le corps sans vie de son voisin a été retrouvé, mort d’une balle dans la tête. Arrêté au Guatemala, le millionnaire a été extradé aux États-Unis et l’affaire a été portée au civil par la famille de la victime. John McAfee n’a jamais répondu aux accusations et a été jugé, par défaut, légalement responsable de la mort de son voisin et condamné à payer une amende de 25 millions de dollars. 

Pour en revenir aux accusations des autorités américaines, John McAfee risque gros. Selon l’acte d’accusation rendu public ce lundi 5 octobre 2020, le fondateur des antivirus McAfee pourrait encourir jusqu’à trente ans de prison et de très lourdes amendes s’il était reconnu coupable de l’intégralité des faits qui lui sont reprochés.

Source : Le Monde