Jeuxvideo.com, Marmiton, Allociné : acceptez les cookies ou payez !

Depuis quelques jours, des sites gratuits populaires ont conditionné l’accès à leur site à l’acceptation des cookies publicitaires. Payez 2 € pour éviter d’être traqué, ou rentrez sur le site gratuitement en acceptant de livrer vos données.

Peut-être avez-vous remarqué ce week-end que certains sites gratuits extrêmement populaires vous demandent maintenant de payer une certaine somme pour accéder à leurs contenus. C’est notamment le cas sur les sites du groupe Webedia, comme JeuxVideo.com, OverBlog, PurePeople, le site de recettes de cuisine 750g ou encore Allociné.

Dès l’instant où vous arrivez sur le site, une fenêtre pop-up apparaît. « Le modèle économique de Jeuxvideo.com repose historiquement sur l’affichage de publicités personnalisées basées sur l’utilisation de cookies publicitaires, qui permettent de suivre la navigation des internautes et cibler leurs centres d’intérêt. La nouvelle réglementation relative aux cookies ne permet plus à Jeuxvideo.com de s’appuyer sur cette seule source de revenus », peut-on lire sur Jeuxvideo.com.

Ici, deux choix s’offrent donc à vous :

  • Accéder au site pour 2 € TTC pendant un mois sans cookie supplémentaire
  • Accéder au site gratuitement en acceptant les cookies publicitaires
guerre cookies
Crédits : Capture Android MT

En d’autres termes, payez pour accéder aux contenus du site sans vous faire traquer, ou bien accédez gratuitement au site en laissant carte blanche aux cookies publicitaires. Sur Marmiton et AuFéminin.com, la politique est encore plus sévère. Si vous refusez les cookies dédiés à la publicité personnalisée et la mesure d’audience, vous devrez carrément vous abonner pour accéder au site sans publicité ciblée (pour un montant de 0,49 € par mois).

Dans le jargon, on appelle ça des « cookies walls », une technique qui consiste à bloquer ou limiter l’accès à des contenus si l’on décide de ne pas accepter les cookies publicitaires. Une pratique jugée non conforme aux règles édictées par le RGPD selon la CNIL, qui allait l’interdire avant de se faire retoquer par le Conseil d’État.

À lire également : Historique, cookies, mouchards – supprimez les traces de vos navigations !
guerre cookies
Crédits : Capture Android MT

Les sites doivent se plier aux demandes de la CNIL

Pourquoi ces sites ont-ils subitement changé d’organisation ? Voyez-vous, depuis le 31 mars 2021, les sites Internet français doivent donner la possibilité explicite aux internautes de refuser les cookies publicitaires. Cette obligation a été instaurée par le RGPD, la législation européenne encadrant l’utilisation des données personnelles, en 2016 ! Il était donc temps que la CNIL, la Commission nationale de l’informatique et des libertés, impose aux sites français de s’y plier.

Seulement et vous vous en doutez, les sites ne voient pas d’un très bon œil la fin des cookies publicitaires, qui permet de rapporter deux fois plus d’argent qu’avec de la publicité non ciblée. Pour pallier ce manque à gagner, de nombreux sites se sont tournés depuis plusieurs années vers un système d’abonnement, c’est notamment le cas du journal Les Échos, ou encore du site spécialisé Gamekult par exemple. D’autres essaient donc, comme les sites du groupe Webedia, de donner le « choix » aux lecteurs de payer pour profiter du site sans cookies publicitaires.

Mais bien entendu, l’idée de devoir payer pour profiter d’une navigation sans collecte de données personnelles hérisse les poils de nombreux internautes. Les témoignages scandalisés se multiplient sur les réseaux sociaux. « Bonjour la CNIL, donc Allociné a le droit de nous faire payer pour une navigation sans utilisation de nos données personnelles sur le site ? », s’interroge un internaute.

Quand c’est gratuit…

En vérité, cette nouvelle pratique ne fait que mettre en exergue le modèle économique sur lequel reposent ces sites depuis plusieurs années maintenant. Un modèle économique que l’on pourrait résumer par cet adage très connu : « Quand c’est gratuit, c’est toi le produit ». Et justement avec cette législation, le produit, en l’occurrence vos données personnelles, n’est plus accessible aussi facilement qu’avant. D’où l’apparition de nouvelles méthodes pour combler les pertes financières. 

Pour certains spécialistes, cette pratique est totalement justifiée. « En réalité, rien n’a jamais été aussi gratuit. Le fait d’imposer ce choix, entre accepter les cookies ou payer, rappelle que des gens produisent ces contenus et doivent être rémunérés pour cela. Qu’un média a besoin de financement pour vivre », explique Nicolas Rieu, directeur général de Criteo France (société spécialisée dans la publicité ciblée) dans les colonnes du journal Ouest France.

Après le refus du Conseil d’État de considérer cette pratique comme illégale, la CNIL n’a pas pour autant baissé les armes. L’institution assure qu’elle restera très attentive à la mise en place d’alternatives satisfaisantes au refus des cookies publicitaires et qu’elle analysera les situations au cas par cas. La guerre des cookies ne fait que commencer. En attendant, nous vous rappelons qu’un VPN comme CyberGhost permet non seulement de chiffrer votre trafic, mais aussi de contourner les trackers pour 2 €/mois.

Source : Ouest France


Laisser un commentaire