Interview : Faut-il avoir peur d’Adblock Plus ?

Adblock Plus, l’extension la plus téléchargée du Web, s’est frayée un chemin sur Android, et ce malgré sa suppression récente du Google Play Store. Elle compte d’ores et déjà un demi-million d’utilisateurs actifs. Entretien avec Till Faida, cofondateur du projet.

Android Adblock Plus est la première application qui parvient à bloquer les publicités sur un téléphone non rooté. Comment ça marche exactement ?

Pour bloquer la publicité en provenance des réseaux Wi-Fi, Adblock Plus fonctionne avec un proxy qui analyse le trafic et filtre les données indésirables. Le blocage s’applique ainsi aussi bien aux applications qu’aux pages Web. Comme il est, en revanche, impossible de configurer un proxy pour 3G sur un appareil non rooté, Android Adblock Plus sera inefficace dans ce cas. Ce n’est pas encore une solution parfaite, mais c’est la meilleure pour l’instant.

Beaucoup de développeurs d’applications/éditeurs de contenus Web fondent leur système économique sur la pub. Doivent-ils avoir peur d’Android Adblock Plus ?

Techniquement, la pub bloquée par notre application n’est pas chargée. Elle n’est donc pas comptée comme vue et ne rapporte rien. Pour cette raison, certains doivent penser que nous leur faisons perdre de l’argent. Mais ceux-là doivent comprendre que le système économique actuel de la pub n’est pas viable : si un utilisateur est réellement agacé par une publicité, la lui imposer ne pourra pas avoir d’impact positif pour le produit. Nous ne voulons pas faire disparaître la publicité, mais la rendre plus efficace en laissant à l’utilisateur le choix de celles qu’il souhaite afficher. Celui qui aura choisi de voir la pub d’un site parce qu’il souhaite soutenir ses auteurs ou parce qu’il pense qu’elle pourrait l’intéresser sera forcément plus réceptif.

Pourtant, contrairement à ses congénères pour Firefox, Chrome ou Opera, Android Adblock Plus bloque les publicités sans discernement et ne permet pas de listes blanches…

L’an dernier, les Adblock Plus pour navigateurs PC ont été modifiés pour ne plus filtrer par défaut les «publicités acceptables», et c’est ce sur quoi nous travaillons pour la prochaine version d’Android Adblock Plus. Nous désirons aussi rendre la configuration de l’application plus simple, pour que l’utilisateur puisse choisir à sa guise les sites/applications dont les pubs seront bloquées.

Y a-t-il une différence entre les publicités mobiles et celles que l’on trouve sur les navigateurs PC ?

Oui. Je pense que les publicités mobiles sont potentiellement plus nuisibles, en particulier, en termes d’atteinte à la vie privée. Android est une plateforme jeune, qui comporte encore ses dangers. En bloquant les publicités, Adblock Plus apporte aussi une meilleure sécurité à l’utilisateur.

Android Adblock Plus est-il un premier pas dans le monde mobile ? Une version iOS est-elle en préparation ?

Non. Rien n’est prévu pour iOS pour l’instant. Android a beau avoir des limitations, il demeure un système ouvert. IOS, en revanche, est extrêmement fermé, Apple freine l’innovation en cherchant à tout contrôler. Nous sommes en profond désaccord avec cette philosophie.

Que pensez-vous de l’idée de Free de bloquer les publicités par défaut chez ses clients ?

C’était une erreur fondamentale. Le but d’un bloqueur de pub est, avant tout, de rendre le contrôle à l’utilisateur. Free aurait dû proposer à ses clients d’activer cette fonctionnalité, pas la leur imposer par défaut.

Espérez-vous un jour monétiser Adblock Plus ?

Adblock Plus est open source, gratuit, et bien évidemment sans pub. Le projet fonctionne grâce aux dons de ses utilisateurs et au dévouement de ses contributeurs, et cela restera toujours ainsi. Nous ne voulons pas en faire un produit commercial.

Le parcours d’Adblock Plus sur Android est semé d’embûches. Après avoir été rendu impuissant sur la version 4.2.2 d’Android, le bloqueur de pub a été retiré du Play Store. Le succès ne s’est pourtant pas arrêté, loin de là…

Pour installer Adblock Plus, consultez notre article Adblock Plus exclu, mais loin d’être abattu.


1 réflexion au sujet de « Interview : Faut-il avoir peur d’Adblock Plus ? »

  1.  » si un utilisateur est réellement agacé par une publicité, la lui imposer ne pourra pas avoir d’impact positif pour le produit. »

    ça c’est un peu fort!! Un contrat est un contrat, qu’il impose une rémunération en espèce sonnante, ou une rémunération en visionnage de pub!! Moi aussi, le prix des Ferrari m’agacent, ce n’est pas pour ça que j’ai un « bloqueur de prix Ferrari » qui me permet de partir avec une Ferrari gratuitement !

    Je grossis le trait, mais les faits sont là : tu ne veux pas de pub? tu payes une application payantes sans pub! Surtout que beaucoup d’application fonctionne avec un modèle premium payant et sans pub! Techniquement, ce que fait alors AdBlock, c’est littéralement du piratage (offre d’une option payante gratuitement)

    Mais merci de venir dire au développeur que leur système de rémunération, c’est de la merde, et que du coup, tu peux te servir gratuitement dans les applications sans rien respecter!!

    Bientôt, on devras faire signer un CLUFF aux utilisateurs pour leur permettre d’utiliser une application en les obligeant à garder la pub? Ou a payer si ils n’en veulent pas?

    Je rappelle au passage que détourner un flux télévisé et le resservir aux utilisateurs sans pub est illégal….tout comme il serait illégal de revendre un journal version « sans pub »!

    Donc stop à l’hypocrisie !!

Laisser un commentaire