Instagram cavale aux fesses de TikTok et perd malencontreusement son âme

« Instagram » promet de grands changements qui pourraient en bouleverser complètement l’ADN dans les mois à venir.

Revenons rapidement sur ce qu’étaient les intentions artistiques qui ont poussé à la naissance d’Instagram. L’idée est née du cerveau de Kevin Systrom, un amateur de photographie étudiant à Stanford aux États-Unis. Cet amoureux de la prise de vue adorait utiliser des appareils dotés d’une lentille Holga dont la particularité est de prendre des photos carrés.

Devant la démocratisation des smartphones aux appareils photos intégrés toujours plus évolués, il réfléchit avec un ami ingénieur à une application qui pourrait permettre aux autres amateurs de photographie de prendre et partager leurs clichés préférés. Il a alors l’idée de proposer des filtres incorporés pour singer différentes techniques de développement.

C’est ainsi qu’est lancé Instragram en octobre 2010. 25 000 téléchargements en une journée, un millions d’utilisateurs au bout de trois mois, 10 millions un an plus tard… Le succès est fulgurant et, aujourd’hui, ce sont plus d’un milliard de personnes qui l’utilisent.

Cette ode à la photographie a pourtant subi de nombreuses mues qui la dévient de son objectif initial. Et ce ne sont pas les mois à venir qui vont arranger les choses.

Y a pas photo !

Devenu en un peu plus d’une décennie le paradis des influenceurs qui tiennent des produits pour que vous les achetiez et de la mise en avant des plats que l’on mange, Instagram est aujourd’hui très très loin de ses promesses artistiques de départ.

L’arrivée de la vidéo fut déjà un premier changement important, tout comme celles des Stories, ces séquences courtes et éphémères qui disparaissent au bout d’une journée, et des Reels, qui sont plus longues.

Aujourd’hui, le réseau social américain veut aller encore plus loin de son ADN d’origine, comme l’a annoncé Adam Mosseri, le responsable actuel d’Instagram.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Adam Mosseri (@mosseri)

Pour planter une dernière dague dans le cœur des fans de la première heure, il annonce que l’application n’est plus « une application de partage de photo, ni une application de partage de photos au format carré.»

Non, Instagram est maintenant une application de divertissement. Autant le dire directement, Instagram est mort, vivre Instagram !

Le réseau social qui appartient à Facebook depuis 2012 va donc changer à nouveau pour contrer l’influence de la concurrence que représente TikTok.

Video killed the photo star

C’est en effet plutôt vers la vidéo que va se tourner le réseau pour se rapprocher un peu plus de ce propose l’appli chinoise incontournable chez les plus jeunes.

Mosseri explique donc que vous trouverez bientôt dans votre fil beaucoup plus de vidéos que vous n’aurez probablement plus besoin d’aller chercher dans les bulles des stories. Il explique que ce changement de direction est la conséquence d’un certain constat évident :

Aujourd’hui, la vidéo connaît une croissance importante sur toutes les principales plateformes en ligne, c’est pourquoi je pense que nous devons nous y pencher davantage. 

Il annonce donc des expérimentations dans les mois à venir avec « des vidéos plein écran, immersive, divertissante et mobile friendly », ce qui ressemble à la définition des contenus abrutissants de chez Tiktok.

Autre changement à venir, vous devriez trouver dans votre fil d’actualité beaucoup plus de suggestions de comptes que vous ne suivez pas mais qui traitent de thèmes que vous appréciez. L’algorithme va donc faire des siennes pour bien polluer votre expérience utilisateur.

Adam Mosseri explique également que les créateurs auront plus d’outils pour « gagner leurs vies », puisque c’est maintenant une des seules motivations pour s’inscrire sur Instagram. Le leaker Alessandro Paluzzi a même partagé des captures d’écran d’une fonctionnalité sur laquelle travaillent les ingénieurs pour proposer sur l’application du contenu accessible seulement aux abonnés qui payent pour les voir. Dépenser des euros pour voir les stories de Nabilla ? Ce sera probablement bientôt possible.

Enfin, et c’est la cerise sur l’appareil photo, il annonce que plus de place sera faite aux boutiques, au cas où nous n’étions pas déjà assez sollicités à droite et à gauche pour faire chauffer notre carte bleue.

Mosseri, affable et guilleret, finit sa vidéo avec un « Peace » amical alors qu’il vient tout simplement d’annoncer la mort de tout ce qui faisait d’Instagram un réseau social différent, singulier et intéressant.

L’ancien carré n’en a définitivement qu’après nos ronds.