• Rechercher
Accueil ► News ► Decryptage ► Instagram à nouveau accusé de collecte illégale des données biométriques

Instagram à nouveau accusé de collecte illégale des données biométriques

instagram procès
Crédits : Unsplash

Après une première accusation survenue il y a deux mois seulement, Instagram fait à nouveau l’objet d’une plainte pour avoir collecté les données biométriques de millions d’utilisateurs.

À lire également : Instagram va modifier son algorithme pour supprimer les stéréotypes racistes

Instagram se retrouve au centre d’une nouvelle tempête judiciaire. Des utilisateurs ont décidé de porter de plainte et de déposer un dossier ce lundi 10 août auprès de la cour de justice de Redwood City en Californie. Ils accusent le réseau social d’avoir collecté et vendu illégalement les données de plus de 100 millions d’utilisateurs. 

Pour stocker toutes ces données biométriques, Instagram aurait profité de l’outil d’identification des personnes proposée dans le module photo intégré dans l’application. D’après nos confrères du site Bloomberg, la pratique ne serait pas nouvelle et Instagram pourrait bien avoir collecté des données pendant plusieurs mois. C’est encore difficile à dire. Reste que selon la plainte, près de 100 millions de personnes seraient concernées. 

Toujours selon le site américain, les utilisateurs n’ont été mis au courant de cette collecte de données biométriques qu’en début d’année 2020. Le dossier déposé par les plaignants précise que la collecte non autorisée de données biométriques serait une violation de la loi de l’État de l’Illinois sur la vie privée, auquel cas Facebook (la maison-mère d’Instagram) pourrait être contraint de payer jusqu’à 5 000 $ par violation.

À lire également : Bonne nouvelle, Instagram promet qu’il ne vous espionne pas

Deux accusations en deux mois

Ce n’est pas la première fois que le réseau social américain est la cible de ce genre d’accusation. Il y a deux mois, Facebook a proposé de payer 650 millions de dollars dans le cadre d’un procès similaire pour éviter de régler l’affaire en justice. Cela représente une indemnité de 400 dollars par utilisateurs concernés.

En réponse aux poursuites lancées contre Instagram, Stéphanie Otway, porte-parole de Facebook, a assuré que “cette poursuite est sans fondement”. “Instagram n’utilise pas de technologie de reconnaissance faciale”, conclut-elle dans sa déclaration. Si cette poursuite est effectivement sans fondement, difficile de comprendre pourquoi Facebook préfère payer et indemniser les victimes présumées plutôt que de régler le problème en justice. D’après les dires de sa porte-parole, le réseau social n’a pourtant rien à se reprocher. Non ?

Source : Bloomberg

Instagram vérifie enfin l’âge des utilisateurs…


Auteur
Kevin Dachez

À la rédaction, Kevin s'occupe des News. Il est tellement bon le bougre qu'on a essayé de nous le voler plusieurs fois. Bon, à chaque enlèvement on nous le ramène. Il faut dire que, malgré ses qualités, Kevin est adepte des dégradés sous Photoshop qui sentent bon la crise d'épilepsie et la rupture d'anévrisme...

Tous les articles
Auteur Kevin Dachez