Impuissance, libido à zéro… L’abus de smartphone nuit à votre sexualité

Une étude montre que les téléphones portables ne sont peut-être pas vos meilleurs amis dans la chambre à coucher, et qu’il vaudrait mieux en limiter l’usage pour favoriser l’épanouissement sexuel.

Le marché des rencontres amoureuses s’est très vite adapté à la démocratisation de cet obscur objet du désir qui fait 500 fois par jour le voyage entre nos mains et nos yeux : le désormais inévitable smartphone ! A grand renfort d’applications faciles d’accès et intuitives, les Tinder, Happn et autres se sont taillés la part du lion d’un business à l’expansion qui ne semble pas ralentir.

Mais une fois l’amour trouvé, par ce biais ou par la manière old-school dite « du hasard », quelle influence a votre téléphone sur votre vie sexuelle ? Une bien mauvaise, semble-t-il !

Je te notifie que tu ne m’attires pas

On sait déjà qu’une boulimie de vidéos à caractère pornographique peut vous déconnecter d’une certaine réalité des relations humaines, mais c’est pourtant un tout autre problème qui est pointé du doigt par des scientifiques marocains.

À lire également : Wyylde : l’appli N°1 sur la rencontre libertine et l’échangisme

Une étude a en effet été menée l’année dernière dans la ville de Casablanca par le Pr Redouane Rabii, urologue, chef du service d’urologie et de santé sexuelle à l’hôpital Cheikh Khalifa et professeur en urologie à l’université Mohammed VI des sciences de la santé, et le Pr Khalid Balar, professeur en informatique et modélisation statistique à l’université Hassan II de la ville.

Intitulée Impact des smartphones sur les troubles sexuels au sein de la population casablancaise, elle démontre une connexion fortement perceptible entre les troubles de la sexualité et l’utilisation un peu trop soutenue des téléphones portables. 240 hommes et 212 femmes, tous mariés, ont répondu à un questionnaire qui, après analyse des réponses, dévoile un tableau pas très excitant de l’ambiance dans les chambres à coucher casablancaises.

50,5% des personnes interrogées ne sont pas satisfaites de leur vie sexuelle et 11,5% confient souffrir d’une dysfonction érectile. Plus grave, 35% souffrent d’une baisse de libido et 20,4% d’éjaculation précoce. Enfin, du côté des femmes, 20% rapportent souffrir de douleurs pendant l’acte sexuel.

Mais enfin pourquoi ?

Éteins téléphone maison

Une statistique troublante montre que 82,9% de ceux qui souffrent de problèmes sexuels utilisent d’autres appareils électroniques, comme des ordinateurs, en même temps que leurs smartphones.

On peut ainsi lire dans l’étude :

Une analyse détaillée des réponses a montré une augmentation de l’incidence des troubles sexuels, plus précisément sur le groupe d’âge allant de 20 à 45 ans. Cette prévalence est particulièrement élevée chez les sujets utilisant plusieurs appareils électroniques en même temps. Le taux relatif aux troubles sexuels est particulièrement élevé chez les couples utilisant des smartphones dans leur chambre.

Utilisation d'appareils électronique
82,9% de ceux qui souffrent de problèmes sexuels utilisent d’autres appareils en même temps que leurs smartphones

« Encore une histoire d’ondes maléfiques ! » pourriez-vous penser mais il n’en est pourtant rien. Comme l’explique le professeur Rabii à nos confrères de Médias24, tout serait une question d’attention sur son/sa partenaire volée par nos téléphones.

Les smartphones sont désormais partout, y compris dans les chambres à coucher. […]Chacun regarde ses mails professionnels, ses messages WhatsApp, son compte Instagram… Ce ne sont pas les ondes émises par les smartphones qui « tuent » la sexualité, mais bien l’attrait irrésistible que ces appareils suscitent, c’est-à-dire un rapport addictif. L’addiction entraîne une attention dispersée, alors que la sexualité est un domaine où la composante psychologique, notamment l’attention, joue un rôle très important.

Il ne rejette d’ailleurs pas la faute que sur les téléphones mais également sur la présence des télévisions dans les chambres.

Cela entraîne une distraction très forte, et même un désinvestissement, un détournement total de l’individu vis-à-vis du rapport sexuel.

Nos regards seraient donc déviés de nos partenaires par ces lumières qui nous attirent comme des papillons sur une ampoule ! Le Marocain poursuit :

Ce manque d’intérêt pour la sexualité, détournée par l’addiction aux écrans, s’installe progressivement, sans forcément que l’un des partenaires s’en rende compte, au point de finir par devenir une habitude. Exactement comme n’importe quelle autre drogue.

Tout serait donc psychologique et ce trouble s’attaquerait sans crier gare à nos libidos si nous n’y prêtons pas attention. Le professeur préconise donc d’éteindre les notifications des téléphones portables quand vous vous retrouvez en couple dans votre chambre maritale et d’éloigner tous les écrans.

Ce qui se passe après ne nous regarde pas.

Si vous voulez lire l’étude complète en anglais, vous la trouverez sur le site de l’International Journal of Science and Research.

À lire dans la journée, pas le soir donc !

À lire également : Rencontre sérieuse : de Meetic à Tinder, les meilleurs applis et sites 2021

Laisser un commentaire